MENU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  
Accueil
  
Citations par auteurs
  
Citations par thèmes
  
Citations sur la musique
  
Chanson française

 

  

 

 

 

 

Hubert-Félix Thiéfaine


Hubert-Félix Thiéfaine, dit HFT, est un auteur-compositeur-interprète français né à Dole dans le Jura le 21 juillet 1948.
Bien que peu présent dans les grands médias, Hubert-Félix Thiéfaine a connu un succès relativement important tout au long de sa carrière : plusieurs de ses disques ont été consacrés disques d'or et ses concerts font régulièrement le plein grâce à la fidélité et l'attachement de son public. 

Biographie d'Hubert-Félix Thiéfaine

Site officiel

MySpace

 

CITATIONS

 

A mettre sa vie en musique on en oublie parfois de vivre. (Paroles de la chanson Je t'en remets au vent)


Allo SOS Amitié ? Excusez-moi de vous déranger mais si je peux encore vous causer c'est qu'mon pétard s'est enrayé.


Allo SOS amitié ? Je crois bien que ça vient du chargeur. Est-ce que vous pouvez m'envoyez assez rapidement le dépanneur ?


Alors tu passes toutes tes nuits à t'attendre jusqu'au matin.


Apprends donc à tenir ta laisse, t'es pas tout seul en manque de secours.


Ça peut durer jusqu'à toujours à moins que l'on ait le courage de se dire merde un beau jour et de mettre fin au naufrage.


C'est pas parce qu'on n'aime pas les gens qu'on doit aimer les chiens.


Comme une guêpe sur une fleur à peine éclose, mes lèvres sur sa déchirure explosent son bouton de rose.


Dans le dernier écho de ton dernier silence, j'ai gardé pour la route ma rage, ma haine et ma connerie.


Dans les ruines de l'école où brûle un tableau noir, une craie s'est brisée en écrivant espoir.


De nature solitaire je me terre pour me taire.


Elle était belle comme un enfer avec ses yeux bleus d'insomnie.


Errance au milieu de la nuit dans un brouillard vertigineux.


Et Dieu téléphone au Samu pour qu'on le ramène aux urgences.


Et je viendrai troubler de mon cri distordu les chants d'espoir qui bavent aux lèvres des statues.


Et le doute qui ravage même tes incertitudes te révèle les fastes de la solitude.


Et les voilà partis vers d'autres aventures, vers les flèches où les fleurs flashent avec la folie.


Et nos regards préludent le jeu de la pudeur, quand par manque d'habitude on s'méfie du bonheur.


Et tu marches sur ton ombre de nouveau du côté sombre.


J'ai découvert la solitude le jour de ma fécondation.


J'ai fait six ans de psychanalyse. Cela m'a coûté cher mais je l'ai largement rentabilisé avec mes chansons.


J'arriverai par l'ascenseur de 22h43 et je viendrai relever le compteur de ton ennui.


J'aurais encore aimé franchir ta nébuleuse mais ton corps est cousu de fils blancs barbelés.


J'entends des cons qui causent d'un éternel retour.


Je crois que c'est l'ombre du remords qui fait hurler les anges à la mort.


Je me sens comme une bavure d'un Dieu crevant de son silence.


Je mets mon badge ecce homo et je suis fier d'être un con cosmique.


Je ne sais plus si c'est moi qui suis seul ou les autres qui sont trop nombreux.


Je ne suis qu'un intérimaire dans la continuité de l'espèce.


Je ne suis qu'un rêveur planant sur ta vie.


Je pars vers le chaos caché dans les vestiges de ma mémoire.


Je réserve les cieux pour d'autres aventures.


Je r'viendrais comme un vieux junkie m'écrouler dans ton alchimie. Delirium visions chromatiques, amour no-limite éthylique.


Je veux juste t'offrir l'amour sans la mort.


J'me sens coupable d'avoir une gueule à être dénoncé !


J'te sens blottie au fond de mes veines.


J'vais peut-être encore attendre avant de mourir d'amour.


L'amour ça meurt à la mi-août sans mots sans remords ni remous.


La solitude n'est plus une maladie.


La tristesse est la seule promesse que la vie tient toujours.


Le jour où les terriens prendront figure humaine, j'enlèverai ma cagoule pour entrer dans l'arène.



Le vide a des lueurs d'espoir qui laisse une ombre inachevée.
 

Les Beatles ont bouffé leur pomme en se grattant le noeud pendant que lady Madonna suçait le marchand d'oeufs.


Les fleurs de rêves obscurs sécrètent de noirs parfums.


Les salauds sont pas ceux qu'on croit quand tout bascule à l'imparfait.


Les vaccins de la vie sur les bleus de nos coeurs ont la mélancolie des sols bémols mineurs.


Les vagues mouraient blessées à la marée sans lune, en venant féconder le ventre des lagunes.


Mais que devient le rêveur quand le rêve est fini ?


Moi je n'ai jamais voulu être un rebelle. Je revendique qui je suis. Moi je vis ma vie. On peut me mettre toutes les étiquettes que l'on souhaite je m'en fous. J'ai décidé de vivre à ma manière. Je l'ai décidé dès 12 ans ! Je ne peux dire qu'une chose : c'est que je vis un rêve de gosse. Si on ne croit pas à ses rêves de gosses autant se flinguer tout de suite. Quand je vois des mecs d'un certain âge qui ont la nostalgie de leur 20 ans, de leur armée qui a du être une période la plus chiante de leur vie : c'est grave !


N'est-ce-pas merveilleux de se sentir piégé ?


Ne cherche plus dans l'annuaire, j'ai mis les scellés sur mon coeur, mais passe plutôt chez le notaire, je te lègue ma part de bonheur.


Nos histoires noires, nos nuits blanches plantées en plein manque de tout.


Nous ne sommes que les fantasmes fous d'un computer avec son oeil grinçant fouillant dans nos cerveaux.


On ne s'aime plus d'amour et d'eau fraiche, la vue de l'eau te fait hurler et notre amour à coups de dèche s'est peu à peu désintégré.


Où les miroirs d'automne reflètent à fleur de flamme ta jeune écorce d'homme éclaboussée de femme.


Parfois tu rêves de t'envoler, de mourir par inadvertance.


Pleure pas pour moi bébé, tu m'as déjà dévasté.


Plus de mur à Berlin pour justifier ma honte.


Prisonnier de ton rire, esclave de ton corps.


Quand la ville dégueule son trop-plein d'impuissance et nous jette 3 sous d'espoir et d'infini.


Quand les clochards opposent la classe et l'infini à la vulgarité glauque de la bourgeoisie.


Quand les cris de l'amour croisent les crocs de la haine dans l'encyclopédie des clameurs souterraines.


Quand tu m'offres épuisée sous l'oeil d'une opaline les charmes vénéneux de tes fragrances intimes.


Rature finale sur l'agenda des mots perdus.


Scandale mélancolique, sentiments discordants.


S'il vous faut tout ce sang pour jouir à vos fêtes, sacrifiez les enfants, fusillez les poètes.


Surtout pas troubler nos consciences dans le vertige des vibrations.


Terre Terre Terre, dans quel état t'erres.


Ton blues a dérapé sur mon corps de chacal dans cet hôtel paumé aux murs glacés d'ennui.


Tu glisses ta carte perforée dans ce flipper où tu t'enfuis. Et tu fais semblant de rocker pour faire croire que tu es en vie.


Tu m'rappelles mes amants perdus dans la tempête avec le coeur naufrage au bout des bars de nuit.


Tu rayes les mentions inutiles au bas de ton carnet d'absences et tu t'accroches au bout du fil qui te ramène à ton silence.


Tu t'en retournes à tes banlieues dans ce couloir où tu te grimes, te maquillant le bout des yeux d'un nouveau regard anonyme.


Tu traînes dans mes nuits comme on traîne à la messe, quand on n'a plus la foi et qu'on ne le sait pas.


Tu traînes ton ennui dans les rues de l'errance et tu serres les poings au fond de mes envies.


Tu vas finir un jour par souffrir d'un manque de souffrance.


Vire cette pierre de ton coeur, elle fait plus le poids.

A PROPOS D'HUBERT-FELIX THIEFAINE

Nous sommes deux grands rêveurs. Je pense que le rêve nous a sauvé la mise à plusieurs reprises, dans cette putain de vie, qui n'a pas toujours été facile pour nous. (Paul Personne)

 

 

 

 

 

 

 

Accueil - Citations par auteurs - Citations par thèmes - Citations sur la musique - Contact