MENU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  
Accueil
  
Citations par auteurs
  
Citations par thèmes
  
Citations sur la musique
  
Chanson française

  

 

 

 

 

 

Johnny Rotten / John Lydon


John Joseph Lydon, plus connu sous le pseudonyme de Johnny Rotten, né à Londres le 31 janvier 1956, est un musicien anglais, chanteur du groupe punk emblématique les Sex Pistols, formé fin 1975, puis fondateur du groupe Public Image Limited (PiL) en 1978. Avec son attitude sarcastique et provocatrice, il fut un modèle pour toute une jeunesse révoltée et pour de nombreux autres groupes de rock. Ses créations musicales ont aussi été très influentes. Il est marié avec Nora Forster depuis plus de 20 ans. Ils n'ont pas d'enfants, mais Lydon est comme le « grand père » des enfants de la fille de Forster, Ari Up, qui elle-même était la chanteuse du groupe féminin, The Slits.

Biographie de Johnny Rotten

Site Officiel

MySpace

 

CITATIONS

 

Ce sont des vieilles carcasses molles et mortes (à propos de la reformation du groupe Police).


C'est drôle mais j'aime vraiment bien ces types. Ils sont honnêtes, ils ne renient pas leurs influences : Beatles et Sex Pistols. C'est très curieux d'arriver à faire quelque chose en juxtaposant ces 2 groupes. Je trouve ça assez intelligent. La musique, c'est la musique, aussi simple que ça. Seuls les idiots s'interdisent d'aimer des choses différentes sous prétexte que ça ne correspond pas à une étiquette. (à propos d'Oasis)


De nos jours, vous ouvrez un quotidien et n’y trouvez plus d’information : de toute façon, c’était hier sur Internet, mais ça reprend les flatulences d’Internet. Où est passée la vraie info ? (2014).


De toute évidence, ils n'aiment pas ce qu'ils font, et c'est comme ça qu'on se tourne vers la drogue (à propos d'Amy Winehouse et Pete Doherty).


Écouter Sting essayer de chanter Roxane en couinant, c'est pas drôle. C'est un peu comme un ballon qu'on laisse se dégonfler.


Elvis est mort, tant mieux ! Ça faisait trop longtemps que lui et son gros bide faisaient de l'ombre au rock'n roll ! (août 1977)


En fin de compte, l’Éthiopie n’a presque rien reçu pour des raisons de guerre politique. Idem pour le Bangladesh, il y a quelques années. L’Éthiopie souffre surtout de la guerre et du manque d’éducation. Ce n’est pas en paradant sur scène que cela changera. Le Live Aid a plus rendu service à David Bowie qu’aux Éthiopiens. Ils ont peut être mangé une semaine, mais pour retrouver la famine ensuite. (1987)


Etre punk c'est trouver sa voie, son style, surtout ne pas suivre bêtement les autres. 


Ils ne sont pas fun, ils n'apportent aucune joie à leurs fans. Ils n'ont pas d'humour. Leur musique a quelques bons accords, de jolies mélodies ça et là, mais c'est léger, c'est bâclé ! (à propos de Coldplay)


J’ai appris la nouvelle aux actualités. Personne ne m‘avait prévenu. Je n’ai rien ressenti sur le coup. Ça se passe toujours comme ça quand on apprend une mort. Bizarrement, j’étais presque soulagé. (à la mort de Sid Vicious)


J’ai envie que les gens nous voient et que ça les pousse à faire quelque chose, sinon je perds mon temps.


J’ai le potentiel pour commettre des actions d’une violence terrible, mais je choisis de ne pas le faire. J’admire inconditionnellement Gandhi, la résistance passive. La violence n’est pas nécessaire, elle n’offre pas de solutions. Mais quand elle se manifeste, il faut s’interroger sur ce qui l’a provoquée. Si quelqu’un assassine ma mère, je vais employer la violence, ce sera là où ma résistance pacifique s’arrêtera (2014).


Je crois que j’ai apporté quelque chose de positif non seulement au monde mais aux Sex Pistols : je leur ai donné un cap, le sens de la sape, et j’ai écrit toutes leurs paroles. J’aurais aimé de leur part un petit peu plus de gratitude, plutôt que de tenter de me voler mon nom de scène ! (2014).


Je l’ai déjà dit, je le dirai encore s’il le faut. Le rock’n’roll est bien mort. Il disparaitra définitivement le jour où certains cesseront de s’apitoyer sur son sort. (1982)


Je n’ai jamais haï les Pink Floyd, je détestais l’institution qu’ils représentaient, je suis même ami avec quelques membres du groupe. D’ailleurs les gens ne s’étaient pas aperçus que le surnom de Sid Vicious était un hommage à Syd Barrett, le fondateur des Floyd. J’avais d’abord donné ce surnom à mon hamster, et lorsqu’un jour Sid m’a rendu visite, du temps où on l’appelait encore John, mon hamster l’a mordu, et depuis ce jour, il a écopé de ce sobriquet de Sid le Vicieux (John Lydon, 2014).


Je respecte tous les musiciens qui composent et écrivent, certains bien plus que d’autres…  (2014).


Je suis devenu tout ce que je méprisais. (PIL, 1989, 1ère partie de INXS)


Je suis fier de mon héritage Pistols et je viens relever les compteurs. (à la reformation des Pistols en 1996)


L’anarchie est un peu pour les esprits de classe moyenne, c’est une philosophie très très stupide, ça ne résout rien et ça ne crée rien ; c’est un bolide qui mène à  l’impasse, car elle n’apporte aucune réponse, je n’y crois pas du tout ; tu peux être un anarchiste, oui, si tu veux devenir un personnage totalement ennuyeux. L’anarchie musicale oui. (1979)


L’arrogance de la jeunesse. Frimer. Je voulais avoir l’air du type le plus génial du monde, mais je n’ai réussi qu’à passer pour un con auprès des autres.


La colère est une énergie.


La planète a moins de vingt cinq ans à  vivre à l’allure où elle va, mais ce n’est que pour que Sting se fasse du fric avec ça. (1989)


La scène new-yorkaise n’a rien à voir avec nous. C’est une perte de temps.


- Le monde de la musique vous a-t-il défendu ?

- Vous plaisantez ? lls nous haïssaient tout autant. Des groupes faisaient pression pour que leur label ne nous signe pas, comme Rick Wakeman. Ce trou-du-cul, que fait-il aujourd’hui ? Il joue de l'orgue dans des croisières pour vieux ! Supporter le jugement de types comme lui était insupportable. Mais ma plus grande fierté est que le Parlement ait débattu à notre sujet. Certains nous ont accusés de haute trahison, accusation qui, à l'époque, pouvait être punie de la peine de mort ! Nous avions commis limpardonnable, nous avions attaqué la Reine... (2013)


Le nom même de Public Image Limited est tiré d’un livre de Muriel Spark, intitulé « The public image », que tout le monde devrait lire. Il parle de la théorie de la publicité mensongère et des monstres que cela a engendré. Et je connais personnellement quatre monstres ainsi créés, oh oui ! (2014).


Le punk, c’est l’indépendance d’esprit. Il n’y pas d’uniforme lié à ça, c’est une disposition mentale qui vous appartient (2014).


Les gens ont pris l’image des Sex Pistols beaucoup trop au sérieux ; cette image était un gag pour nous, on en pissait de rire, en fait on se foutait de la gueule des gens, mais personne n’a compris et tout le monde a mis un uniforme punk. (1979)


Les journaux manipulaient l’opinion, et quels que soient nos propos, ils étaient systématiquement déformés. C’était un univers de mensonges pernicieux, et pour avoir survécu à ça, on devrait tous recevoir la médaille des anciens combattants (2014).


Les pompeuses prétentions artistiques de Vivien Westwood et Malcolm McLaren méritaient un bon coup de pied au cul (2014).


Ne jamais faire confiance à un hippie. (1977)


Nous avons désormais une cause commune : votre argent. (à la reformation des Pistols en 1996)


Nous avons subi les attaques ignobles de la presse de Murdoch. lmpossible de lutter, de briser ce mur de haine, de mépris et de mensonges. Les autres groupes punk n'étaient pas en première ligne comme nous. Ils ont juste adopté le drapeau. En arborant le même uniforme ils ont détruit le sens de l'individualité que je prônais. C'était l'horreur. On n'a pas gagné un rond et on s'est fait haïr par le pays entier. (2013)


On n’a jamais joué devant un public qui nous aimait vraiment de toute façon. Je m’en fous, ils peuvent nous haïr. Qu’ils en aient pour leur argent. Qu’ils s’amusent comme ils veulent. On est payés quoi qu’il arrive, alors on vous emmerde. (à la reformation des Pistols en 1996)


On demande encore et toujours à Pete Townsend de jouer « My Generation ». Comment a-t-il pu être assez idiot pour écrire des paroles comme « I’ll die before I get old » ? (Je serais mort avant d’être vieux) Quel pauvre homme, j’ai vraiment pitié pour lui d’avoir écrit cette chanson. Ces quelques mots ont suffi à le détruire pour toujours. Quel embarras pour lui depuis qu’il a écrit ça ! (1987)


On ne défend aucune cause lorsqu’on a prévu sur son agenda de tuer un frère humain, on est juste un meurtrier. Pourquoi tous ces gens ne se tuent-ils pas plutôt entre eux ? Moi, j’ai de très bonnes idées à leur soumettre : suicidez-vous ! Tuez vos camarades terroristes, ce sera parfait. Là on comprendra vraiment de quoi est faite votre cause, au bout du compte (2014).


Pete Townshend (ex-guitariste légendaire des Who) rencontre les Sex Pistols pour la première fois en 78 en coulisse d'un concert :

Pete Townshend : Bravo les gars, vous faites du bon boulot, vous reprenez notre flambeau.
Johnny Rotten : On s'en bat les couilles de votre flambeau, on veut juste tirer des meufs.


Pierre Benain : Tu sais que Mick Jagger te hait ?
Johnny Rotten : Ah ! ah ! Très drôle ! Bien sûr qu'il me hait ! Il me méprise. Et c'est ma grande victoire.
Ça me réjouit vraiment. En fait, je lui rends vraiment la vie difficile, lui tout son blé et son train de vie à la con... Et un petit rat comme moi lui empoisonne l'existence. C'est amusant, non ? (1978)


- Qu'aviez-vous en tête en formant les Sex Pistols ?

- Rien, parce que je n'ai jamais voulu entrer dans un groupe. Mais quand on m'a proposé de rejoindre les Sex Pistols j'ai sauté sur l'occasion. J'adore écrire. Je me considère comme un songwriter avant d'être un chanteur. A cette époque, il y avait peu d'espoir pour les jeunes paumés, la société n'avait aucun respect pour eux ; aussi j'ai saisi ma chance (2013)


Si je dois être détruit par le rock'n’roll, je m'assurerai que le rock'n’roll soit détruit en même temps que moi.


Si les gens achetaient les disques pour la musique, il y a longtemps que ce truc serait mort et enterré.


Son socialisme était totalement bidon et inepte, et il en était bien conscient. Et il savait que je le savais. S’il l’avait nié, on n’aurait jamais pu être potes. Je déteste la fausseté et je m’accommoderais jamais de paroles qui ne soient pas sincères : il n’était pas de gauche, il a juste pris le train en marche, et les morceaux qu’il a composés m’ont toujours profondément ennuyé. Je l’ai vu de mes yeux prendre sur une étagère un livre de Karl Marx, choisir une page au hasard et surligner un passage. Puis écrire un morceau à partir de cet extrait. C’est une imposture. Même en faisant preuve de la plus grande imagination, on ne peut que constater que Joe venait d’une famille et d’un milieu bien plus aisé que le mien, et pourtant, il prêchait à quelqu’un comme moi l’anarchie, la vie en HLM… c’était insultant ! Moi, je sais ce que c’est la pauvreté. Si quiconque pense que ce que je dis sur Joe est faux, alors il se trompe et ne comprends rien à la situation. Moi j’appartiens à la classe ouvrière, Joe Strummer n’en a jamais, mais alors vraiment jamais, fait partie. C’est là la grande différence (A propos de Joe Strummer des Clash, 2014).


Tendez l'autre joue trop souvent, et vous recevrez un coup de rasoir.


Une fois que t’as fondé une famille, que t’as une belle maison, 2, 3 enfants, bah il te reste plus qu’à te suicider.


Vous ne pouvez pas me mettre en état d'arrestation, je suis une star de rock.

A PROPOS DE JOHNNY ROTTEN

C’est pas mon truc d’abuser le public. Il y a tellement de musiciens glands qui feraient tout simplement mieux de jouer. Mais il faut avouer que, dans le genre, Lydon assure vraiment. C’est son truc et ça fonctionne à merveille. Il aurait tort de s’en priver. (Peter Hook, New Order, 1989)


C’était le type le plus infect que j’ai croisé… Tout le monde le détestait. Tout le monde me détestait aussi. (Sid Vicious parlant de John Lydon au lycée)


Je suis un intellectuel, et ma pensée n'est pas celle de tout le monde. Rotten est jaloux parce qu'il est évident que c'est moi la tête du groupe. Ils étaient tellement nuls avant moi qu'il a fallu qu'ils viennent me chercher, parce que tout seuls, ils n'avaient pas une idée originale. (Sid Vicious, The Sex Pistols)


Parfois je perds vraiment patience et j’ai envie de coller une fessée à Johnny Rotten. (Patti Smith)


Pour moi, John Lydon est vraiment LE PUNK. Une espèce d’intelligence, de lucidité, pas un truc bourrin, plutôt très fin. (Thomas, Mano Negra)


Quel ramassis de conneries. La seule chose qui me faisait systématiquement grincer des dents – et aujourd’hui encore – c’est quand il fait rimer « Anti-Christ » avec « I am an Anarchist ». C’est tellement pauvre. C’est nul. (Glen Matlock, The Sex Pistols)

 

 

 

 

 

 

 

Accueil - Citations par auteurs - Citations sur la musique - Chanson française - Forum - Livre d'Or - Contact