MENU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  
Accueil
  
Citations par auteurs
  
Citations par thèmes
  
Citations sur la musique
  
Chanson française
  
Nouveautés

  

 

 

 

 

Juliette Gréco


Juliette Gréco, née le 7 février 1927 à Montpellier, est une chanteuse et actrice française.

Biographie de Juliette Gréco

Site Officiel

 

CITATIONS

 

Adieu ? On n'est pas tous obligés d'y aller, à Dieu. Moi je serai plutôt en bas avec les copains.


C’est dans les dernières années de sa vie que Gainsbourg a été le plus aimé (Gainsbourg, l’homme qui aimait les femmes de Didier Varrot et Pascal Forneri, France 3, 2009).


C’était un homme raffiné et poétique. Verlaine, ce n’est pas toujours facile. Si on ne lit pas que ce qui est dans les manuels scolaires, si on cherche l’oeuvre de Verlaine, elle est violente. Je pense qu’il a fait ce qu’il voulait (Gainsbourg, l’homme qui aimait les femmes, France 3, 2009).


Ce qu’il a fait faire à France Gall, personne n’aurait osé le faire. Moi ça m’a absolument soufflée, et lui, ça le faisait intensément rire silencieusement. Intensément ! Il savait que dans la bouche de France Gall, ça prendrait toute son importance et que ce serait lavé de tout soupçon. C’est un chef-d’oeuvre ! (à propos de la chanson « Les sucettes » de Serge Gainsbourg, interprétée par France Gall en 1966, Gainsbourg, l’homme qui aimait les femmes, France 3, 2009).


Il avait cette extraordinaire faculté d’entrer dans la tête de l’autre, ou dans son corps ou dans son coeur. Il était si intelligent, attentif à l’autre, qu’il devenait l’autre. Et il devenait l’autre avec ce qu’il était lui-même, c’est-à-dire cette perversité pas possible, cette espèce d’humour, cette espèce de petite lumière qui s’appelait Gainsbourg (Gainsbourg, l’homme qui aimait les femmes, France 3, 2009).


Il faut se dire qu’aujourd’hui la plus grande victoire de Serge c’est d’avoir conquis le coeur de la jeunesse, ce qui est le moins facile. On peut peut-être les abuser un temps, mais on ne les abuse pas longtemps. Il y a des pièges de facilité. Lui, ne s’en est jamais servi (Gainsbourg, l’homme qui aimait les femmes, France 3, 2009).


Il n’y a rien de meilleure que le plaisir de l’autre. Il me semble. Ou alors le sien propre, mais alors merci beaucoup quoi, c’est bête. C’est pas thématique. On ne met pas 20 sous dans la fente (1971). 


Il y a une tête aussi dans un homme. Un homme ce n’est pas un sexe. Moi je comprends très très bien des femmes qui épousent des hommes avec lesquels jamais elles ne commettent l’acte d’amour. Ça se peut parfaitement. Il peut y avoir des réactions autres que des réactions animales. La réaction animale est admirable, et... j’en suis fort aise, et je dois là, plein de remerciements, mais... il y a aussi d’autres satisfactions (1971). 


Je me bats pour ce que j’aime. Je me suis tellement battue que j’ai été jusqu’à demander qu’il fasse la tournée avec moi. Il faisait ma première partie, mais ça a été absolument catastrophique. Moi j’étais déjà connue et lui pas du tout. Les gens n’arrêtaient pas de parler dans la salle pendant qu’il chantait. Moi je pleurais, j’étais au désespoir. Je me disais « les gens sont sourds ». Au départ pour moi ça n’a pas marché formidablement bien et pour lui pas du tout. « J’avoue j’en ai bavé pas vous », c’était pas évident. Et puis, moi j’ai continué à chanter « La javanaise » partout, dans le monde entier, et tout à coup c’est entré dans l’oreille et dans le coeur des gens. Ils sont arrivé à entendre le texte, ils ont tout compris et à partir de ce moment-là ils sont entrés avec nous dans la beauté de la chose (Gainsbourg, l’homme qui aimait les femmes, France 3, 2009).


Je n’ai pas d’homme idéal car n’importe quel homme est idéal dans la mesure où l’on tombe amoureuse de lui. Si j’ai envie de rester avec lui c’est que quelque chose en lui me plaît, même s’il est extrêmement vilain, ce qui n’est pas le cas de mon mari, je vous le signale tout de suite (1971). 


Je ne crois pas que Serge Gainsbourg était misogyne. Je crois qu’il était comme ses camarades Brel et Brassens : terrorisé. Les femmes font peur à ces hommes. Probablement à juste titre (Gainsbourg, l’homme qui aimait les femmes, France 3, 2009).


Je pense que sa manière à lui de dire les choses a toujours été provocatrice. Il ne pouvait pas s’exprimer autrement. Je crois qu’il pensait que dire les choses de cette manière-là était la seule façon de se faire entendre. Tel est mon sentiment profond (Gainsbourg, l’homme qui aimait les femmes, France 3, 2009).


La première rencontre avec Serge a été catastrophique. Il était extrêmement intimidé. Moi j’étais joyeuse et insolente, comme d’habitude. Je lui ai tendu un verre et comme il était tellement intimidé, nerveux, stressé, tendu, mal à l’aise, il avait les mains trempées et le verre a glissé et s’est brisé sur le parquet. Ça a été atroce. J’ai vu Serge devenir blême. J’ai bien senti que ça allait être douloureux pour lui et difficile. Quelques jours après je lui ai dit : « dînons et parlons » alors il est venu chez moi. On a bu plein de champagne, j’ai commencé à danser, on a écouté plein de musique, on s’est parlé jusqu’au petit matin et on s’est dit au revoir. Puis vers midi, je reçois un coup de téléphone de Serge. Il m’avait envoyé une structure de bois entièrement couverte d’orchidées, alors qu’il n’avait pas 1 franc ! Ça c’est Serge tout entier, c’est l’élégance folle de l’homme. Je le remercie et il me dit : « Non, je voudrais vous voir, j’ai quelque chose à vous donner » et il m’a apporté « La javanaise ». Voilà, ça a commencé comme ça (Gainsbourg, l’homme qui aimait les femmes, France 3, 2009).


Un type ça sert à plein de trucs. D’abord c’est fort, ça travaille, ça bâtit, ça aide, ça porte, ça calme, ça peut rendre heureux, ça vous donne à manger quand on a faim et si on est malheureux ça vous empêche de l’être (1971). 


Une femme de mon âge, c’est-à-dire de 44 ans, n’est pas une jeune fille de 21 ans ou 22 ans. C’est une femme qui a eu un enfant, c’est une femme qui a perdu des gens qu’elle aimait, c’est une femme qui a connu la mort des gens qu’elle aimait. C’est un être humain avec tout ce que ça comporte de sang, de sueur, de larmes et... de bonheur. Je ne nie pas le bonheur, je l’ai (1971). 

A PROPOS DE JULIETTE GRECO

Il n’y a pas un auteur digne de ce nom ou au moins ayant un tant soit peu de tenue littéraire qui n’ait souhaité écrire pour elle (Serge Gainsbourg).


Quand on l’avait vue une fois, on ne pouvait plus l’oublier. Elle avait réussi à devenir La Gréco sans avoir rien fait que paraître (Charles Trenet).

 

 

 

 

 

 

 

Accueil - Citations par auteurs - Citations par thèmes - Citations sur la musique - Nouveautés - Contact