MENU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  
Accueil
  
Citations par auteurs
  
Citations par thèmes
  
Citations sur la musique
  
Chanson française

  

 

 

 

 

 

Pink Floyd


Pink Floyd est un groupe de rock progressif et psychédélique britannique formé en 1964, célèbre pour ses textes philosophiques et politiques, ses albums-concept complexes, ses expérimentations sonores et ses performances en concert originales et élaborées. De ses débuts à aujourd’hui, le groupe a vendu plus de 300 millions d’albums à travers le monde, dont 74,5 millions aux États-Unis. Initialement mené par le guitariste Syd Barrett, le groupe connaît un petit succès au milieu des années 1960, puis devient l’un des groupes underground londoniens les plus populaires de la scène psychédélique ; toutefois, le comportement instable de Barrett force les autres membres à le remplacer par David Gilmour, un ami d’enfance de Barrett. Après le départ de ce dernier, le bassiste Roger Waters deviendra progressivement le meneur du groupe. Il en sera aussi le principal auteur-compositeur, composant la majorité des chansons et signant toutes leurs paroles à partir de 1972 jusqu’à son départ en 1985.

Biographie des Pink Floyd

 
Site Officiel

MySpace

 

CITATIONS

 

À l'époque, nous pensions que Atom Heart Mother, comme Ummagumma, était une étape vers quelque chose d'autre. Maintenant, je pense que nous avancions à l'aveuglette dans le noir (David Gilmour, Mojo Magazine, mai 1994).


« Alan's Psychedelic Breakfast » était une autre bonne idée. Les bruits de cuisinière à gaz, les crépitements, les marmites en ébullition, tout ça n'a pas vraiment marché sur le disque mais c'était très amusant à faire. Je n'ai jamais entendu Roger  Waters revendiquer ce morceau, ce qui me fait penser que ça devait être une idée de groupe (Nick Mason, album Atom Heart Mother, Mojo Magazine, mai 1994).


Au fond de moi, je me sens seul et irréel. (Syd Barrett)


Avant je regardais les livres en me demandant comment on pouvait faire quelque chose avec autant de mots. Mais mon divorce et le fait d'être tombé amoureux de quelqu'un d'autre a libéré mon habilité à écrire plus que des chansons (Roger Waters).


C'était compliqué d'organiser le concert de « The Wall » mais c'était fabuleux de travailler avec tout le monde, Bryan Adams, Van Morrison, Cyndi Lauper, putain de brillante. Tous brillants, sauf Sinead O'Connor. Elle ne comprend rien. C'est une gamine idiote. Tu ne peux pas juste t'asseoir dans un coin te raser le crâne et te le foutre dans le cul et le sortir de temps en temps en disant « Oh je pense que ce truc et ce machin ne vont pas » avant de fondre en larmes (Roger Waters).


C'était vraiment très stressant d'attendre que Syd Barrett vienne avec les chansons pour le deuxième album. Tout le monde l'attendait, et il n'a pas pu le faire. « Jugband Blues » est une chanson très triste, le témoignage d'une dépression nerveuse. La dernière chanson que Syd écrivit pour le groupe, « Vegetable Man », était faite pour ces sessions mais ça n'a jamais abouti. Il l'a écrite dans ma maison ; c'est juste une description de ce qu'il porte. C'est très troublant. Roger Waters l'a écartée de l'album car elle était trop sombre, et c'est vrai qu'elle l'est. Ça ressemble à des éclairs de conscience (Peter Jenner, à propos de l’album A Saucerful of Secrets, Mojo Magazine, mai 1994).


Est-ce que les technologies de communication et de culture et en particulier la musique populaire, qui est une entreprise vaste et aimée, vont nous aider à mieux nous comprendre ou vont-ils nous décevoir et nous éloigner ? (Roger Waters).


Il faut prendre le risque d'être rejeté.


Il n'y a pas de côté sombre de la Lune. En fait, elle est entièrement sombre (Roger Waters).


Il y a quelqu'un dans ma tête mais ce n'est pas moi. (Brain Damage)


Il y a des choses dans mon histoire qui m'ont aidé à devenir créatif. Avoir un père assassiné, par exemple, est la meilleure chose qui puisse arriver à un môme qui veut écrire des poèmes et des chansons (Roger Waters).


Il y avait un mec devant la scène qui faisait ce qu'il voulait, mais ce qu'il voulait n'était pas ce que je voulais. Il criait, il hurlait et semblait s'amuser comme un fou en poussant les gens contre la barrière de la scène. Il voulait se battre, en fait, et moi, je voulais faire un concert rock. J'étais tellement exaspéré que j'ai fini par lui cracher dessus pour qu'il se calme, ce qu'on ne doit faire à personne. Et je l'ai eu, il s'est pris mon crachat en pleine figure (Roger Waters, à propos du concert au stade olympique de Montréal, le 6 juillet 1977).


J'ai écrit le morceau qui donne son nom à l'album et je me rappelle Norman Smith disant : « Vous ne pouvez pas faire ça, c'est trop long. Vous devez écrire des chansons de 3 minutes ». On était assez insolent, en fait, et on lui a dit : « Si tu veux produire ce disque, va-t'en ». Une bonne attitude, je pense (Richard Wright, Mojo Magazine, mai 1994).


J'ai passé ma vie à essayer d'obtenir de ma Fender Stratocaster toutes les couleurs et les inflexions de la voix humaine. Je voulais détruire l'image insupportable du guitariste électrique qui saoule le public par d'interminables solos nombrilistes truffés de notes et d'effets de style vides de sens. Je me voyais plutôt comme un peintre du son, un fabricant de paysages sonores abstraits. (David Gilmour)


Je crois qu'il est bon qu'une chanson possède plusieurs significations. Elle peut ainsi toucher beaucoup plus de gens. (Syd Barrett)


Je jouais sur le piano dans le studio, mais en fait c'est Roger Waters qui a dit : « Serait-il possible d'enregistrer cette note et de la faire passer dans un Leslie ? ». C'est ça qui a tout déclenché. C'est de cette façon que naissent toutes les meilleures chansons du Floyd, je crois (Rick Wright, Mojo Magazine, mai 1994).


Je joue de manière intuitive et fais la même chose en studio. Je n’ai pas d’effet magique ni quoi que se soit qui m’aide à créer mon son si particulier (David Gilmour).


Je n'ai de problème avec aucune question (Roger Waters).


Je n’ai jamais eu de religion. Je préférerais en avoir une, vraiment. Même quand j’étais enfant je n’arrivais pas à m’obliger à croire (David Gilmour).


Je n'ai rien contre le fait que David Gilmour poursuive ses propres objectifs, c'est juste l'idée de la carrière solo de David Gilmour en tant que Pink Floyd qui m'offense ! (Roger Waters).


Je n’aime pas être explicite sur mes paroles. Cela les limite et gâche l’interprétation des auditeurs (David Gilmour).


Je ne veux pas être un membre à temps plein de Pink Floyd pour le restant de ma vie (David Gilmour).


Je suis en compétition avec moi-même et je suis en train de perdre (Roger Waters).


Je suis très triste pour Syd Barrett. Bien sûr, il était important, et le groupe n'aurait jamais connu ce putain de décollage sans lui, vu qu'il écrivait toutes les chansons. Ça n'aurait pas pu avoir lieu sans lui, mais en même temps, ça n'aurait pas pu continuer avec lui. « Shine On » ne parle pas vraiment de Syd — il symbolise juste l'absence extrême à laquelle certaines personnes sont tentées de céder, parce que c'est la seule façon pour elles de supporter la tristesse de la vie moderne, de se retirer complètement. Je trouve cela terriblement triste (Roger Waters, 1975).


Je suis un amoureux de tous les genres musicaux. J’aime le blues et chaque titre que j’ai écouté est devenu une influence (David Gilmour).


Je veux dire que j’ai des moments de grande frustration à cause de mon incapacité à m’exprimer linguistiquement aussi clairement que je le souhaiterais (David Gilmour).


Jimi Hendrix n’est pas aussi bon que moi (David Gilmour).


Jouer de la guitare implique de se laisser aller. Il faut laisser partir l’esprit et oublier ce que l’on est, où l’on est, ce que l’on fait, et il faut laisser la technique et l’inconscient prendre les commandes. (David Gilmour, 1995)


L’autre jour, je jouais au golf avec un ami. J’allais frapper la balle quand je vis qu’un tout petit moucheron  était posé dessus. Et je me suis dit que cet être allait vivre une expérience incroyable. C’est comme si vous étiez grimpé sur un bloc de la taille d’une maison et que brusquement arrivait de l’espace cette énorme masse aussi grande qu’un hôtel. L’hôtel vient percuter la maison à une vitesse incroyable et la catapulte dans l’espace. Vous vous rendez compte de l’incroyable expérience que le moucheron allait vivre ? (Roger Waters, 1984)


La presse me descend constamment en prenant ses grands airs, pensant que mes idées n’ont aucun sens. Mais une de mes plus grandes fiertés, c’est de voir que dix ans après, on étudie les textes de « The Wall » dans les écoles du Danemark. (Roger Waters, 1992)


Le film More paraissait intéressant. Barbet Schroeder, un protégé de Jean-Luc Godard, nous présenta le film quasiment achevé. Malgré cette contrainte et des délais serrés, Barbet fut un collaborateur facile et précieux ; nous étions payés chacun 600 livres, une somme généreuse en 1969, pour huit jours de travail autour de Noël. De plus, Barbet ne nous demandait pas de composer des tubes susceptibles de décrocher un Oscar (Nick Mason, Pink Floyd : l'histoire selon Nick Mason, 2004).


Lorsque l'enregistrement fut terminé, j'ai ramené une copie de l'album chez moi, et je me souviens l'avoir fait écouter à ma femme d'abord, et je me rappelle qu'elle a fondu en larmes lorsqu'il fut fini. Alors, j'ai pensé : « Ça a évidemment touché une corde sensible, quelque part », et l'idée avait tendance à me plaire. Vous savez, quand on fait quelque chose, en particulier un morceau de musique, on l'entend avec de nouvelles oreilles lorsqu'on le fait écouter à quelqu'un d'autre. Et à ce moment-là je me suis dit : « Wow, c'est un travail joliment complet », et j'étais sûr que les gens répondraient à cela » (Roger Waters, à propos de l’album The Dark Side of the Moon, 2006).


Money ! Get away ! Argent ! Va t-en ! (Money)


Nous avons rencontré les Beatles une fois, quand ils enregistraient « Lovely Rita ». C'était un peu comme rencontrer la famille royale (Nick Mason, Mojo Magazine, mai 1994).


Nous avons tous un fasciste en nous, c’est pourquoi l’éducation a tant d’importance pour effacer la cruauté, le despotisme et toute forme de totalitarisme. Si vous emmurez, vous vous transformez en monstre. (Roger Waters, 1990)


Nous avions un studio d'enregistrement dans le sud de la France où habitait Rick Wright à l'époque. Nous avions loué des maisons à vingt kilomètres de là. Nous rentrions chez nous le soir et on disait à Rick : « Fais ce que tu veux, tous les morceaux sont là, écris quelque chose, joue un solo, fais quelque chose... Tu as toute la nuit pour le faire ». Tout le temps que nous étions là-bas, plusieurs mois, il n'a rien fait. Il était incapable de jouer quoi que ce soit (David Gilmour, 1979).


Nous ne pouvons pas faire quelque chose de politique dans le groupe parce que ça voudrait dire que nous devrions tous penser de la même façon, et nous sommes quatre personnes qui pensons complètement différemment. Donc nous faisons du Pink Floyd parce que ce doit être du Pink Floyd (David Gilmour, 1970).


Roger Waters avait un ego énorme et disait que je ne m'investissais pas assez, alors qu'il m'empêchait de faire quoi que ce soit. La fracture apparut lorsque nous sommes tous partis en vacances vers la fin des enregistrements. Une semaine avant la fin des vacances, j'ai reçu un appel de Roger d'Amérique me disant de venir immédiatement. Ensuite, il y a eu cette réunion pendant laquelle Roger m'a dit qu'il voulait que je quitte le groupe. J'ai d'abord refusé. Alors il a dit que si je n'acceptais pas de partir après que l'album soit fini, il prendrait les enregistrements et les emmènerait avec lui. Il n'y aurait pas d'album et donc pas d'argent pour payer nos énormes dettes. Alors j'ai accepté. J'étais terrifié. Maintenant, je pense que j'ai fait une erreur ; c'était un coup de bluff de Roger mais je ne voulais plus travailler avec ce type (Rick Wright, ex-Pink Floyd).


Si les gens veulent venir à mes concerts, j’aime ça. Et s’ils aiment la musique que je fais, j’en suis ravi. Mais je ne fais pas de la musique pour les autres. J’en fais pour me faire plaisir (David Gilmour).


Tous ceux qui se lancent dans le rock veulent devenir célèbres. Parce qu'ils veulent montrer qu'ils sont des rebelles ou parce qu'ils n'ont pas trouvé d'autre moyen de faire de l'argent, ou parce qu'ils veulent des filles ou quoi que ce soit... Il n'y a pas de pureté dans la motivation du rock ! Ceux qui ont beaucoup de succès ont souvent (et c'est ce qui leur permet de tenir le coup) des motifs égoïstes pour le faire. Des motifs fondamentalement liés aux expériences d'autres gens, sinon ils ne vendraient pas de disques. Je n'achète pas de disque de Neil Young, de Lennon ou de Dylan si je ne peux pas m'identifier à leur attention pour l'amour, la vie, la liberté, etc. Je ne pense pas qu'un seul d'entre nous dans le rock ne soit motivé que par le noble désir de partager un peu de sa sagesse avec le reste de l'humanité. Si c'était la principale motivation, je pense qu'on ferait autre chose. (Roger Waters)


Tout est dans la modération. C’est ma manière de vivre. Je ne suis pas une personne torturée et frustrée qui a besoin d’évacuer ses souffrances. Rien de tout ça n’est pré requis pour être bon dans le rock’n’roll (David Gilmour).


Un artiste qui va jouer dans un pays qui occupe les terres des gens et les oppresse, comme Israël le fait est une très mauvaise chose et il devrait dire non (Roger Waters).

A PROPOS DES PINK FLOYD

Je crois qu'ils ont tous ressenti que j'avais rattaché tout le reste de ma carrière à The Dark Side of the Moon, ce qui n'est pas entièrement faux. Mais je me lève encore, parfois, frustré à l'idée du fait qu'ils gagnèrent des millions à l'insu de tous, contrairement à nombre de personnes qui travaillèrent avec eux sur cet enregistrement (Alan Parsons, ingénieur du son des Pink Floyd, qui n’était payé que 35 £ par semaine pour son travail).


Je n’ai jamais haï les Pink Floyd, je détestais l’institution qu’ils représentaient, je suis même ami avec quelques membres du groupe. D’ailleurs les gens ne s’étaient pas aperçus que le surnom de Sid Vicious était un hommage à Syd Barrett, le fondateur des Floyd. J’avais d’abord donné ce surnom à mon hamster, et lorsqu’un jour Sid m’a rendu visite, du temps où on l’appelait encore John, mon hamster l’a mordu, et depuis ce jour, il a écopé de ce sobriquet de Sid le Vicieux (John Lydon, 2014).


Le premier album du Floyd, avec tout le génie de Syd Barrett. Je découvre pour la première fois des contrées musicales inoubliables ; je n’avais même jamais envisagé qu’elles existaient. Des sons de guitares et des harmonies vocales incroyables. La musique psychédélique à son meilleur niveau, totalement hallucinée. Une preuve supplémentaire, accablante, des bienfaits de la drogue pour la musique, du jazz au rock stoner (rires) ! (Ty Segall, à propos de l'album The Piper at the Gates of Dawn des Pink Floyd, Télérama, 2014.)


Nous sommes tous fans de Pink Floyd. (Noel Gallagher, Oasis, Rock'n'Folk N°494, 2008)


Pour tout le monde, The Wall est ringard, mais pour moi, c'est l'un des plus grands albums de tous les temps. (Noel Gallagher, Oasis, 1995)


Quand on pense que la musique de More a été composée, interprétée et enregistrée en moins d'une semaine, c'est absolument époustouflant. Lorsqu'on entend le résultat, c'est vraiment ahurissant (Barbet Schroeder, Pink Floyd de Jean-Marie Leduc, 1972).


Syd Barrett est une icône du rock extraordinaire, qui m’inspire chaque jour. (Ty Segall, Télérama, 2014.)

 

 

 

 

 

 

 

Accueil - Citations par auteurs - Citations par thèmes - Citations sur la musique - Contact