MENU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  
Accueil
  
Citations par auteurs
  
Citations par thèmes
  
Citations sur la musique
  
Chanson française

  

 

 

 

 

 

 

CITATIONS

 

À chaque enfant qui naît, le monde recommence (Gilbert Bécaud).


À la fin des années 30 et au début des années 40, on avait pitié des aveugles. Ma mère était totalement à contre-courant, elle refusait ça. Elle disait : « Du moment qu’il a un cerveau, il peut réfléchir et être indépendant. » Elle m’a élevé comme ça. Elle me répétait : « Je ne serai pas toujours là, il faut apprendre à te débrouiller. Le mieux c’est d’être autonome. Et n’oublie pas qu’il y a toujours au moins deux façons de faire les choses. » C’est assez juste. Quand on veut vraiment quelque chose, il y a toujours au moins deux façons de l’obtenir (Ray Charles, David Frost Show, 1972).


À ma fille, déjà, je lui parlerai pas français, comme ça elle ne comprendra pas mes paroles. Comme ça, c’est réglé (Booba).


À vrai dire, je ne me souviens pas d’une époque de ma vie où je ne jouais pas de piano. En revanche, la guitare est venue beaucoup plus tard. Quand j’ai découvert Brassens et eu envie de le chanter à la guitare. J’ai alors demandé à maman, qui jouait du classique, de bien vouloir m’apprendre. Et très patiemment, sur sa vieille guitare espagnole, elle m’a appris comment faire un la mineur, un mi mineur, un fa, un sol, des septièmes… (Véronique Sanson, Le Monde, février 2017).


Au fond, je n'ai rien de vicieux. Je suis même plutôt quelqu'un de gentil. J'aime ma mère (Sid Vicious, Sex Pistols).


Avant la sortie du premier single de Depeche Mode, Dreaming of Me, je suis rentré à la maison, très excité. J’ai branché la chaîne hi-fi, au premier étage, et j’ai crié : « Maman, écoute, c’est notre disque ! » Elle était au rez-de-chaussée, en train de passer l’aspirateur, elle a répondu : « Vas-y, mets-le, je peux l’entendre d’ici ! ». Elle n’a pas arrêté l’aspirateur. Voilà le rapport de ma mère avec ma musique (Martin L. Gore).


Avoir des enfants n'est pas incompatible avec l'homosexualité (Patrick Juvet).


Bowie a tenu à aller rendre visite à mes parents qui vivaient dans une caravane à Détroit. Les voisins de mes parents étaient si effrayés par cette voiture et les gardes du corps qu'ils ont appelé la police. Mon père est un homme merveilleux et il a dit à Bowie "Merci pour ce que vous faites pour mon fils". (Iggy Pop, New York Times, 2016)


C’est dans la résistance que mes parents se sont connus au début de la guerre et c’est une belle histoire. Ils faisaient partie du fameux réseau du Musée de l’Homme. Papa était dans le renseignement et maman décodait les messages et faisait du sabotage. Elle était experte en explosifs et a fait sauter quelques trains, et aussi un bateau. Ils se sont hélas fait dénoncer et ont été incarcérés en France pendant deux ans et demi, gardés et torturés par des Français. Papa s’est évadé grâce à des faux papiers fabriqués au camp. Maman, elle, c’était Bruce Willis, et son évasion est digne d’un film d’aventure. On l’avait d’abord mise neuf mois au secret, enfermée dans le noir, nourrie tous les quatre jours. Puis elle avait connu l’horreur dans l’ancien couvent des Présentines, à Marseille. Et puis un jour, apprenant que sa déportation à Ravensbrück était imminente, elle s’était enfuie avec une copine. Grâce à une seringue d’eau, elles avaient fait sauter l’électricité du camp où elle était, assommé un gardien, marché des kilomètres dans un torrent, afin de rejoindre leur réseau et continuer la lutte. Ce qui est drôle, c’est qu’après s’être retrouvés sous leurs noms d’emprunts, mes parents ont continué à se vouvoyer jusqu’à la fin de leur vie. Pas par snobisme, mais par habitude. Même quand ils s’engueulaient. « Vous n’êtes qu’une buse ! », entendait-on alors (Véronique Sanson, Le Monde, février 2017).


C'est la culture dans laquelle vous élevez vos enfants. Ne soyez pas surpris si ça vous explose à la gueule. (Brian Warner, Marilyn Manson)


C'est ma mère qui a fait de moi ce que je suis, elle m'a respecté et m'a appris à respecter les autres. Et c'est ce que je fais, même si certaines personnes pensent le contraire. Je les emmerde (Liam Gallagher, Oasis).


C'est marrant j'ai remarqué récemment les imitations que l'on fait de moi. Et en gros, ça ressemble à un enfant hyperactif (Dave Grohl, Foo Fighters).


C'est un petit miracle, en quatre années elle est passée d'une petite enfant avec des rondeurs de bébé à cette magnifique fleur exotique. (Steven Tyler, Aerosmith, à propos de sa fille Liv)


C’était de vrais punks qui se foutaient vraiment de qui ils choquaient. Jean-Jacques et Hugh étaient toujours odieux, parce qu’ils se disaient qu’ils devaient l’être. C’était par malice, pas par méchanceté. Dans le fond, Jean-Jacques était un doux, il venait d’un milieu protégé. Lorsque sa mère était là, il ne portait pas de cuir, il mettait un blazer. (Ian Grant, comanager des Stranglers entre 1976 et 1980)


Cette génération est morte. Vous demandez à un gamin : « Qu’est-ce que tu fais ce samedi ? » et il va jouer à des jeux vidéos ou regarder la télé, au lieu de construire des modèles réduits de voitures ou d’avions ou de faire quelque chose de créatif. Les gamins d’aujourd’hui ne disent jamais : « Mec, je suis à fond sur les bateaux à vapeur télécommandés » (Jack White, The  White Stripes).


Dans le fond, ce qui me pousse à continuer, c'est que je pense à ma mère et à Liam. Si le groupe s'arrêtait, mon frangin ne pourrait rien faire d'autre de sa vie. Et ça, ma mère ne me le pardonnerait jamais (Noel Gallagher, Oasis, 1996).


Dans le quartier, on m’appelait le voyou et le hippie. On disait : « Il a la paix dans une main et un flingue dans l’autre ». Ce qu’à fait ma mère, c’est me retirer le flingue pour y mettre une guitare. Ça m’a sauvé la vie (Wyclef, ex-The Fugees, 2017).


Dave est le papa, Damon est la maman. Et Graham et moi, on est les enfants (Alex James, Blur).


Diable qu’il faisait bon être adolescent dans les années 70 , sans ces réseaux sociaux, ces bouquets de chaînes thématiques, ces radios complètement idiotes, ces musiques « actuelles » affreuses, sans ces profs bons à rien, ces parents qui baissent les bras systématiquement. Et puis, il n’y avait pas de téléphones portables qui servent surtout à communiquer de travers, à ne plus savoir écrire ou à filmer des inepties et des violences (Jérôme Soligny, Writing on the Edge : 25 ans d'écrits rock, 2014).


Elle est partie il y a dix ans, on m’a enlevé ma mère, c’est un cambriolage, le vide est monstrueux. J’ai passé des années à faire semblant de rien, et puis ça m’est retombé dessus d’un seul coup. Elle est morte ici, dans ma maison, à l’étage. Je voyais bien qu’elle souffrait et qu’elle était au bout du rouleau. Elle me disait : « Franchement ma chérie, j’en ai marre. J’ai eu une vie merveilleuse, tellement remplie, quelle chance. Mais vois-tu, papa est mort, tous mes amis sont morts, je ne peux plus marcher et j’ai mal partout. Maintenant j’en ai assez. Aide-moi. » (Véronique Sanson, Le Monde, février 2017).


En fait, je n'ai commencé à transpirer que lorsque j'ai eu des enfants (Dave Grohl, Foo Fighters).


Être dans un groupe te fait retomber en enfance et te force à y rester (Thom Yorke, Radiohead).


Être papa c'est génial, ouais. Avec elle, j'en apprends plus sur moi que n'importe où ailleurs, grâce à cette petite fille qui ne sait pas vraiment ce qui se passe dans le monde. Qui ne sait rien. Elle m'a aidé à devenir l'empereur de moi-même en fait. (Graham Coxon, Blur)


Il ne faut jamais croire quelqu’un qui dit ne ressembler en rien à sa mère ! (Régine Chassagne, Arcade Fire, 2004).


Il n’y a pas une note que je joue sur scène qui ne remonte directement à ma mère ou à mon père (Bruce Springsteen).


Il n'y a que ma mère qui peut me marcher dessus car le paradis est sous ses pieds. Je peux pas me laisser insulter gratuitement sans réponse quand même... (Booba).


J'ai beaucoup d'enfants, sept, mais Keith (Richards) est le pire de tous ! (Mick Jagger)


J’ai confiance en nos mômes, je pense qu’ils seront beaucoup plus tolérants et plus intelligents que nous. Réflexion de 2017 : J'ai l'impression de m'être trompée sur ce coup-là, surtout en ce qui concerne la tolérance... (Alexa, Haine Brigade).


J’ai été bien « éduqué » par des militants. Pour me réveiller le matin quand j’étais môme, ma mère me disait « vive  la  révolution  ! », ce que je répétais en levant les bras au ciel. Et hop, elle m’enfilait mon pull ! (Mano Solo, Longueur d’Ondes, 1995).


J'ai été un enfant bizarre, névrosé et seul toute ma vie. J'étais le garçon du collège que tout le monde traitait de pédé, et le punk rock m'a donné une maison (Flea, Red Hot Chili Peppers, SiriusXM, mai 2016).


J'ai hérité de mon père mon insatiable désir de rencontrer les plus belles filles du monde (Anthony Kiedis, Red Hot Chili Peppers).


J’ai l’impression d’avoir été enceinte pendant dix ans (Britney Spears).


J’ai lu, écris, et écouté de la musique depuis mon enfance. Mes parents étaient de vrais rats de bibliothèque. Ils avaient lu tout ce qui est possible de lire dans le monde entier. Ils m’avaient communiqué leur passion donc j’étais toujours curieux des choses de l’esprit (Nino Ferrer).


J’ai mis un kit batterie et une guitare dans la chambre de mes fils. Je ne sais pas ce qu’ils foutent, ils jouent en même temps, des trucs différents. Selon moi, si on a des instruments autour de soi dans la maison et qu’on n’a qu’à les prendre, les choses se font naturellement (Noel Gallagher, octobre 2015).


J’ai pris l’habitude de n’en faire qu’à ma tête. J’ai grandi sans père, ni mère. Personne n’avait beaucoup d’autorité sur moi. J’ai grandi dans le ghetto avec les autres jeunes. Une tête de mule quoi. Je n’obéissais à personne. Mais on avait aussi nos qualités ; entre copains on ne se laissait jamais tomber (Bob Marley).


J’ai sept enfants, et je pourrais faire un million de chansons ici, en Jamaïque, et ne pas avoir de quoi mettre un toit sur leur tête. Je ne peux pas me permettre de voir grandir mes enfants comme j’ai grandi. J’aime mes frères, j’aime les enfants, mais je ne peux pas me permettre de rester ici et d’aller en prison. (Bob Marley)


J'ai toujours raconté ma vie sexuelle à ma mère. Parfois plus qu'elle ne veut l'entendre (Miley Cyrus).


J'ai trois pères : mon père biologique, Dieu et Bob Dylan. (Jack White, The White Stripes)


J’ai un côté très enfant ! Je ne suis pas infantile dans mes actes mais dans la façon de recevoir les choses d’une manière pure. C’est certainement ma façon à moi de me sauver de la laideur du monde (Buzy).


J'ai une fille et elle est la plus belle chose qui me soit jamais arrivé. Elle me donne de bonnes excuses pour regarder des dessins animés. (Mike Dirnt, Green Day)


J'aime nos gosses. Mais je ne les aime pas autant que j'aime un bol de nouilles (Noel Gallagher, Oasis).


J’aime tout dans mon travail, sauf le fait d’être éloigné de mes enfants  (Dave Grohl, Foo Fighters).


J’étais dans une école à Montessori. Il y avait un cercle de percussions avec tous les gamins qui utilisaient un bongo. J’étais le dernier du cercle et quand ce fut mon tour, j’ai joué « Shave and a Haircut, Two Bits » devant tous les parents. J’ai époustouflé la foule à l’âge de 5 ans (Jack White, The  White Stripes).


Je crois qu'en fait un homme passe sa vie à guérir de son enfance. (Jacques Brel)


Je crois que je suis un bon père. J’ai une certaine affinité avec les enfants, pas seulement les miens. J’aime sortir avec des enfants en week-end, par exemple. Ils vous aident à rester jeune, à rire aussi. (Mick Jagger, The Rolling Stones)


Je crois que les gens de ma génération n’ont pas été exposés à autant de violence que les enfants d’aujourd’hui. Sans vouloir passer pour un philosophe de comptoir, il me semble qu’on vit à une époque où l’on se sent à la fois honteux et coupable par rapport à la génération de nos parents, car ils étaient hippies et défendaient de grandes idées avant de virer yuppies hypocrites au début des années 80. Aujourd’hui seulement, on échappe à ce sentiment de honte vis-à-vis d’eux et on essaie de trouver notre propre identité. Ma génération a développé un comportement en réaction à l’hypocrisie de nos parents. Les temps sont en train de changer. (Kurt Cobain, Nirvana, 1991)


Je me fous carrément de tout. À part de ma mère et de John Lennon (Liam Gallagher, 1994).


Je me souviens d'un jour, j'étais encore petit, Jimi avait voulu ouvrir la radio avec un tournevis pour voir d'où venait la musique. On a perdu le tournevis derrière le fauteuil, on n'a jamais su refermer la radio... on s'était fait sacrément engueuler ! (Leon Hendrix dans son livre Jimi Hendrix : A Brother's Story, 2012).


Je me suis mis à la guitare parce qu’aucun parent n’achète une batterie à un gamin de huit ans à moins qu’ils soient divorcés ou que le père essaie de récupérer sa femme. Vous voyez ce que je veux dire ? (Josh Homme, Queens of the Stone Age).


Je n’admettrais pas que ma fille soit libertine (Serge Gainsbourg).


Je n'ai pas vu mes parents depuis 3 ans, j'espère qu'ils vont me reconnaître (Bon Scott, AC/DC).


Je n'ai rien hérité de mon père. Sauf un cul atroce ! Mon père avait un cul très moche et moi aussi. À part ça, rien de ce connard (Liam Gallagher, Oasis).


Je n’avais pas d’amis à l’école. J’étais une personne bizarre. On m’a toujours traité d’homosexuel (Damon Albarn, Blur).


Je n’étais pas très bon à l’école, j’étais trop occupé à écouter l’herbe pousser (Prince, juin 1984).


Je n'étais pas un père convenable quand je prenais toutes ces drogues. Je suis si heureux que maintenant Liv et moi ayons cette relation géniale mais je me donne des coups de pieds au cul tous les jours pour ne pas avoir été là pour elle quand elle était bébé. (Steven Tyler, Aerosmith)


Je ne crois pas que Courtney et moi, on soit si foireux que ça. On a manqué d’amour pendant toute notre vie, et on en a tellement besoin que si nous devions n’avoir qu’un but, ce serait de donner à Frances autant d’amour que nous le pouvons, autant d’aide que possible (Kurt Cobain, Nirvana).


Je ne regrette pas de ne pas avoir eu d'enfants. Ma mentalité de ce point de vue a été constante. J'étais opposé à ma naissance et je ne veux pas imposer la vie à quelqu'un d'autre (Robert Smith, The Cure). 


Je ne serais pas arrivée là si je n’avais pas eu des parents musiciens. Pas des professionnels, de vrais mélomanes. Papa jouait du piano, maman de la guitare. Et lorsqu’on partait en vacances dans notre vieille 403, tassés sous les valises, on chantait, on chantait ! Des comptines, une foule de chansons populaires que maman connaissait, de grands airs classiques, un concerto brandebourgeois à quatre voix, vachement beau. Papa voyageait beaucoup pour son travail et rapportait des disques de partout. Il rentrait du Pérou ? « Venez écouter ça, les filles ! », disait-il avec gourmandise. Et on accourait découvrir ensemble des musiques du monde. Et du jazz, et du Gershwin, et du classique… C’était joyeux, naturel, délicieux (Véronique Sanson, Le Monde, février 2017).


Je ne suis pas comme mon vieux moi, je ne suis plus dans le personnage, je suis moi. Je ne me cache plus derrière ça (Damon Albarn, Blur).


Je pense qu'encourager les jeunes à twerker est une mauvaise chose. C'est un mouvement de strip-teaser. Si j'avais une fille de neuf ans, je ne voudrai pas qu'elle twerk (Ed Sheeran).


Je pense que la meilleure chose que je puisse apprendre à ma fille, c’est qu’elle n’est pas un objet ou un trophée, qu’elle peut se faire confiance, croire en elle et que l’on n’est pas ce que l’on possède, que l’on est pas défini par son boulot (Josh Homme, Queens of the Stone Age).


Je peux sentir mon père à deux km à la ronde. Je peux sentir quand il a porté mes habits. Il a cette odeur ambrée qui fond en lui. Nous nous échangeons nos habits. Nous portons exactement la même taille en jeans. (Liv Tyler sur Steven Tyler d’Aerosmith).


Je suis né d'une mélodie triste, une petite chanson que chantait ma mère (Tim Buckley).


Je suis retourné chez ma mère après quelques jours pour voir si je n'avais pas reçu de coup de fil, et elle me dit : « Un gars nommé Noel Gally-Gally quelque chose a appelé ». « Quoi ? Noel Gallagher ? » « Ouais c'est ça, il avait l'accent du nord ». « Mais tu sais qui c'est non ?  Noel Gallagher, d'Oasis ! » « Qui c'est Oasis ? » « J’ai failli éclater en sanglots » (Alan White, Yes).


Je suis surpris que ma fille n'ait pas un pénis tatoué sur l'avant-bras. (Ozzy Osbourne)


L'amour d'un enfant est le plus pur qui soit (Björk).


La famille de maman était extrêmement modeste et elle avait fait son droit grâce à des bourses, se payant même le luxe de passer de surcroît une petite licence de maths. C’était une éponge, maman. Elle lisait vite, retenait tout, avide d’apprendre. Une véritable encyclopédie ! Papa, lui, était issu de la grande bourgeoisie, notamment par la lignée hollandaise de sa mère, faite de banquiers archi à l’aise. Il était avocat, puis député UNR du 13e arrondissement pendant longtemps, rapporteur du budget… (Véronique Sanson, Le Monde, février 2017).


La maternité, c'est un miracle qui n'arrête pas de chier... (Carla Bruni)


La plupart de mes idéaux viennent de ma mère (Nick Cave).


L’enfance est un tatouage : la claque que tu prends dans la gueule les trois premières années de ta vie, tu la traînes tout le temps. Après, tu t’exprimes (Hubert-Félix Thiéfaine, Longueur d’Ondes, 1983).


L’enfance ne signifie pas tout à fait innocence, beauté et naïveté. Les enfants ont parfois l’âme ténébreuse ; ils peuvent aussi être cruels et vicieux. Si l’on s’en tient uniquement aux bons souvenirs, on s’abuse soi-même. Il est sain d’avoir une vue élargie de ce qu’a été sa tendre enfance, pour assurer à sa vie une certaine perspective. (Michael Stipe, REM, 1985)


L’enfance ? Rien. Mais, l’adolescence, oui ! La question me trouble parce que je n’ai pas l’impression d’être devenu adulte parce que je n’y vois pas d’intérêt. Mais, aussi, parce que l’adolescence, c’est la période où on a encore envie de s’exprimer, où il y a des poèmes à écrire, des accords à découvrir sur sa guitare. La chanson, la musique, la poésie, c’est un truc d’adolescence. Et c’est parce que j’ai peur de perdre tout cela, tout ce que j’aime, que je n’ai pas envie de devenir adulte (Hubert-Félix Thiéfaine, Longueur d’Ondes, 2012).


L'enfant naturel, l'orphelin Est malheureux et je le plains, Mais, du moins, il n'est pas tenu Au respect d'un père inconnu. (Georges Brassens, Ce n'est pas tout d'être mon père)


Le coeur d'un enfant c'est grand. L'amour s'y déverse en cascade (Michel Jonasz).


Le fait d'avoir surmonté mon père me disant que je ne pourrai jamais rien faire de ma vie a fait de moi le mégalomane que vous voyez aujourd'hui (Bono, U2).


Le piano, c’était l’affaire de papa. Il avait formé un petit groupe inspiré de l’orchestre de Ray Ventura quand il était encore au lycée. Alors dès que j’ai eu 3 ou 4 ans, il m’a initiée. Il me prenait sur ses genoux et il guidait ma menotte pour des morceaux de jazz et « Sentimental Journey ». Pas évident, les touches noires, quand on a une toute petite main ! Puis j’ai pris des cours avec une prof et une répétitrice. Et comme j’ai beaucoup d’oreille, j’ai pu jouer très vite tout ce que j’entendais (Véronique Sanson, Le Monde, février 2017).


Les armes, la violence, la drogue… Les kids seront grands bien assez tôt, pas besoin de griller les étapes. Il faut leur dire que les tentations du monde adulte peuvent attendre. (Alice Cooper, 1994)


Les choses qui me rendent le plus heureux sont ma famille et mon travail (Damon Albarn, Blur).


Les enfants devraient toujours penser que les adultes vivent dans ce monde pour les nourrir, prendre soin d’eux, les protéger des mauvaises choses qui peuvent arriver (Chris Cornell, Soundgarden, Audioslave).


Les enfants savent tout. S'ils ont un iPhone, ils regardent du porno. Me regarder me trémousser dans mon legging blanc, ce n'est rien comparé à ce que votre fils de douze ans regarde sous le draps. Siri vous dit même comment vous débarrasser d'un cadavre (Miley Cyrus).


Les enfants sont la chose la plus précieuse dans la vie. Un parent doit faire tout ce qu'il peut pour donner à un enfant le sens de la famille (Elvis Presley).


Les gens se laissent emporter par une satisfaction égoïste s’ils font l’amour sans avoir d’enfant. Cela ne peut que vous faire dérailler, simplement parce que ce n’est pas naturel (Chrissie Hynde, The Pretenders, 1993).


Les parents veulent que vous deveniez adultes et en même temps vous considèrent toujours comme un bébé ! (Britney Spears).


L’inconvénient quand t'aimes les gosses, c'est que tu dois te faire chier à te taper une gonzesse pour en avoir. (Didier Super)


Liv est peut-être la plus grande raison pour laquelle j'ai changé ma façon de vivre. C'est une fille de rêve. Quand elle était très jeune je n'étais pas sûr d'être son père, mais quand elle a eu 8 ans, je l'ai su sans aucun doute. J'ai vu mes traits dans les siens et j'ai pleuré. Je l'aime plus que tout et j'ai une relation géniale avec elle. (Steven Tyler, Aerosmith, à propos de sa fille Liv)


Ma fille adorait « Blitzkrieg Bop » des Ramones. Alors que ses amis écoutaient d’horribles productions FM, elle allait dans l’étagère à disques et choisissait toujours d’écouter les Ramones. Je crois que c’est comme les Beatles, leur musique avait quelque chose d’enfantin dans le rythme et la répétition des paroles (il chante : « Eh, oh, let’s go ! »), qui lui rappelait des comptines. Je me souviens d’elle chantant à tue-tête dans la maison (Thurston Moore, ex-Sonic Youth, Télérama, 2015).


Ma mère a commencé à travailler avec David Bowie. Elle a créé tous les costumes de sa période « Thin White Duke » qui inclut l’album Station to Station et le film The Man Who Fell To Earth. Ensuite, ça a dérapé en une romance mystérieuse qui a duré un moment. Je les ai surpris nus une fois (Slash, ex-Guns N’ Roses).


Ma mère est la seule personne a encore m'appeler Vince. Elle me dit : « Eh la super star, sors donc les poubelles ! » (Alice Cooper).


Ma mère était belle, mon père aussi, je ne vois donc pas d’où peut venir ma laideur... Peut-être de mon chien... (Serge Gainsbourg).


Ma mère m’a eu à 45 ans. Donc, quand j’étais au lycée mes parents avaient le même âge que les grands-parents de mes amis (Jack White, The  White Stripes).


Ma mère me disait toujours : « Te casse pas la tête, mon petit. Sors comme tu es et on te donnera plein de friandises ! » Depuis, je n’arrête pas de me déguiser jusqu’à dix ou vingt fois par jour ou par semaine (Brian Warner, Marilyn Manson).


Ma mère pense que je suis ultra-conservateur dans la manière dont je m'habille. Les parents hippies ne comprennent pas pourquoi on veut porter un tee-shirt et des chaussures élégantes (Damon Albarn, Blur).


Ma mère répond à tous mes mails de fans (Patti Smith).


Même le plus grand des machos est attiré par sa mère. Il y a des choses qu'on ne confie qu'à sa mère, c'est bizarre. La première odeur de femme est celle de sa mère (Arno).


Même lorsque nous avions juste du beurre de cacahuète et de la confiture pour le dîner, il me disait merci. Il m’a remerciée à chaque fois (Virginia Hanlon Grohl, maman de Dave Grohl, avril 2017).


Mes enfants n’écoutent pas mes disques, c’est sûr. Ils écoutent surtout du hip-hop, qui est franchement fatiguant (Noel Gallagher, octobre 2015).


Mes parents auraient mérité un meilleur fils, un fermier par exemple, proche d'eux, qui leur aurait donné des petits-enfants, dont ils se seraient occupés. Pas de chance, ils ont eu Iggy Pop (Télérama, 2016).


Mes petits-enfants me battent toujours à Rock Band. Je leur dis : « Vous me battez peut-être à Rock Band mais j’ai fait des chansons originales. Donc fermez-la » (Paul McCartney).


Mon fils, il écoute du hip-hop et pourtant, il connaît Nougaro… Moi, je connais pas ! (Arno, Longueur d’Ondes, 2000).


Mon fils Jack sort de désintox, il a 17 ans et il était accro à l'Oxycontin, et je suis quand même un peu dégoûté qu'il ne m'en ait jamais filé un petit peu (Ozzy Osbourne, Black Sabbath).


Mon père a été la cause de mon arrivée dans le show business. Il n’était pas seulement un poète, il était un peu acteur aussi (Chuck Berry).


Mon père était alcoolique, séducteur, incontrôlable... Chaque fois qu'il avait un boulot, il le perdait. De lui, je n'ai connu que les pires aspects. L'abandon petit, puis les factures ou les frais d'hôpitaux à régler, la déchéance. On le trouvait ivre mort, écroulé au milieu de la rue (Johnny Hallyday, Télérama, 2014).


Mon père était branché musique, parce qu'il a vécu pendant la guerre en Angleterre, chez les Spitfires, et il m'a apporté la musique anglo-saxonne, le jazz, le blues. Ma mère écoutait le côté francophone, à cause de ma grand-mère qui était une chanteuse dans les cinémas muets dans le temps. Ma mère et sa soeur viennent de la génération post-war, le truc Juliette Gréco, Jean Cocteau et l'existentialisme. Elle était très anarchiste dans sa tête, et je me souviens encore de ma mère comme d'un skinhead, et dans le temps, c'était quelque chose. Elle avait un peu la tête comme Zizi Jeanmaire, la danseuse (Arno).


Mon père était très prolifique dans la musique, mais il a aussi interprété des rôles, et je pense que les meilleurs moments avec lui étaient sur les plateaux de tournage (Duncan Jones, à propos de son père David Bowie, mai 2016).


Mon père m’a dit : « D’accord pour la musique, mais dans ce cas, tu devras être la première ! » Encore fallait-il que j’ai ce qu’il appelait un « bagage » et que je passe le bac. Il y en avait deux à l’époque. J’ai eu le premier mais j’ai raté le second, alors que nous étions pourtant en 1968, que c’était la chienlit, et qu’il n’y avait que l’oral ! Mais je me fichais bien de la philo. Michel Berger, avec qui je faisais déjà de la musique, me donnait des cours tout en me disant : « Mais qu’est-ce qu’on s’en fout de Bergson ! » (Véronique Sanson, Le Monde, février 2017).


Mon père ne nous aurait jamais acheté une télé. Il n’aurait jamais autorisé une télé à la maison (Janis Joplin).


Notre musique emmerde toujours les parents, et n'est-ce pas cela le plus important ? « Baisse ce truc ! », c'est ça qu'on veut entendre (Lemmy Kilmister, Motörhead, The Independent, 2012).


Nous étions comme une famille blanche des années 20. Mes parents avaient cette façon bizarre, différente, de regarder les choses par rapport aux gens qui nous entouraient. Je suis allé à un collège mexicain et à un lycée noir et peu de gens de ces endroits aimaient les mêmes choses que moi (Jack White, The  White Stripes).


Nous faisons des soirées pyjamas avec mon père, et quand nous n'arrivons pas à dormir on reste debout toute la nuit à s'échanger des conseils de beauté. Il connaît tout sur les bonnes crèmes et les masques (Liv Tyler sur Steven Tyler).


On a enregistré Morning Glory en deux semaines et je suis rentré chez moi.  Je frappe à la porte de ma mère et lui dis « Je suis de retour les enregistrements sont terminés » et elle réplique  : « Mon dieu ! Quelle sorte d'album est ce que vous avez fait en si peu de temps ». (Liam Gallagher, 1999).


On devrait apprendre à s’ennuyer aux enfants. C’est la source de l’imaginaire (Hubert-Félix Thiéfaine, 2012).


On m’a mise devant un piano très petite, 3-4 ans. C’est mon père qui m’a appris à jouer du piano. Il ne lit pas une note de musique non plus, mais il m’a appris à aimer la musique (Véronique Sanson, Discorama, 16 juillet 1972).


On me demande souvent : « Qu'est-ce que ça vous fait d'être le fils de Gilbert Bécaud ? ». Je dis toujours : «  Je ne peux pas vous répondre, je n'ai jamais eu un autre père ! ». Ce qu'il nous a transmis, à mon frère, mes sœurs et moi, c'est une énergie dans le travail (Gaya Bécaud).


On sort le même album tous les ans, et les gosses adorent (Angus Young, AC/DC).


— Papa, que veux-tu pour ton anniversaire ?
— Un autre anniversaire !
(Frank Sinatra,
répondant à sa fille Nancy)


Peu importe ce que je fais, les gens me voient comme le fils fainéant et gâté de Yoko et John (Sean Lennon, août 2015).


Quand j’étais aux Etats-Unis, il n’y a pas un jour où je ne l’ai pas appelée au téléphone. Pas un ! Je me déchargeais sur elle. C’était ma poubelle, maman. Comme les psys sur lesquels on déverse sa vie. Et sans elle, comme dit la chanson, je n’aurais pas su résister aux griffures de l’existence, aux déceptions, aux souffrances, à ceux qui « ont tué mon innocence ». (Le Monde, février 2017).


Quand j'étais môme, les types du coin se foutaient de ma gueule. Mon père roulait en Cadillac et faisait vivre sa famille dans une caravane, une voiture plus grosse que sa maison, voyez-vous ça ! (Iggy Pop, Gimme Danger de Jim Jarmusch, 2016).


Quand je vois tous ces gamins de six ans qui pianotent sur leurs claviers, ça me fascine. Moi, j’aurai plutôt envie de les défoncer à coups de marteaux. Les ordinateurs bien sûr, pas les enfants ! (Siouxsie Sioux, Siouxsie & The Banshees, 1994)


Quand notre mère voulait lui faire un beau cadeau, elle lui offrait une bande magnétique (Kidi Bebey, à propos de son père Francis Bebey, Les Inrockuptibles n°991, novembre 2014).


Que tu lui donnes un crayon, et l'enfant bâtit sa maison (Claude Nougaro).


Refaire des gosses avec ma femme, Sharon ? Putain, mais vous êtes complètement fou ! (Ozzy Osbourne)


Refuser de grandir c'est comme refuser d'accepter ses propres limites. C'est pour ça que je ne pense pas qu'on grandira un jour (Robert Smith, The Cure). 


Si l'amour est doux comme une fleur, alors ma mère est cette fleur (Stevie Wonder).


Si ma fille n'écoute pas mes saloperies, elle pourra écouter celles d'un autre (Booba).


Si ma fille ne se rebellait pas, elle ne serait pas ma fille. (Mike Dirnt, Green Day)


Si malheureusement ma fille se droguait je saurais quoi faire. Je m'assurerais qu'elle ait accès aux meilleures drogues possibles et je les prendrais avec elle (Robbie Williams). 


Tous les enfants sont des sorciers. (Jacques Brel)


Tu as des priorités dans tes stress quand tu as un enfant (Adele).


Tu penses que la vie est difficile ? Essaye d'être parent ! (Billie Joe, Green Day)


Un enfant, c'est comme si tu avais une espèce d'organe en plus qui se balade... Ça t'appartient mais ce n'est pas vraiment à toi (Jacques Dutronc).


Un enfant c'est le dernier poète d'un monde qui s'entête à vouloir devenir grand. (Jacques Brel)


Un jour, j’ai rencontré le père et la mère de Billy Idol. C’est drôle, je n’avais jamais pensé qu’il pouvait avoir des parents. (Phil Collins, 1990)


Vous devriez passer un test de QI avant de vous multiplier. Vous devez passer votre permis avant de conduire et votre examen avant d'entrer au collège, alors pourquoi ne devriez-vous pas passer quelques tests avant de donner naissance à des enfants ? Quand je serai Président, c'est la première règle que je mettrai en place (Brian Warner, Marilyn Manson).

 

 

 

 

 

 

 

Accueil - Citations par auteurs - Citations par thèmes - Citations sur la musique - Contact