MENU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  
Accueil
  
Citations par auteurs
  
Citations par thèmes
  
Citations sur la musique
  
Chanson française

  

 

 

 

 

 

 

CITATIONS

 

A la fin des années 60, les gens considéraient les groupes de rock comme des dieux philosophes qui détenaient les réponses à leurs problèmes. C’était une période d’espoir exalté et de quête intense pour un « autre chose » dont nous ne savions même pas s’il existait… Mais ensuite est venu le temps des désillusions et ce que nous connaissons maintenant : la confusion, l’ennui, l’insatisfaction face à on ne sait même pas vraiment quoi… (Paul Kantner, Jefferson Starship, 1978)


C'est complètement démotivant de faire un album quand on sait que personne ne va l'entendre (Françoise Hardy).


Dans les 80's j'ai eu l'honneur d'être un has-been jeune et la chance d'avoir pu m'évader du grenier. Un magazine d'époque que l'on qualifiait de branché m'avait rangé dans la liste « out » des personnalités à éviter. C'est le sort souvent réservé aux ex-quelque chose qui ont la prétention de continuer d'exister. Il fait le tri dans le carnet d'adresses, il nous apprend l'humilité et la pugnacité, il nous fait perdre nos illusions et c'est tant mieux. Attention, ne pas confondre perdre ses illusions et être désillusionné. Dans le premier cas, le regard se dessille, dans le second, il s'obscurcit. Ne plus avoir d'illusions est une force dans le monde d'aujourd'hui bâti uniquement sur le paraître. La réalité s'étale au grand jour, bête et indémodable. On l'arrange selon ses humeurs et ses convictions (Kent Cokenstock, 2008).


Je chante dans des villes où des tocards remplissent le Zénith du coin, tandis que moi, j'ai beaucoup de mal à attirer 250 personnes (Jean-Louis Murat, Télérama, 2014).


Je n’ai jamais revu Bob. Il a sa vie. Bob était indépendant, impatient et infatigable. Je l’ai vu en concert, mais je ne lui ai jamais parlé. Je ne voulais pas le déranger. De toute façon, il ne parlait à personne. Il ne parlait jamais de sa famille, de sa petite amie... Et quand on lui posait une question, il vous ignorait (Leroy Hoikkala, premier batteur de Bob Dylan, 2017).


Dans les ruines de l’école où brûle un tableau noir, une craie s’est brisée en écrivant espoir. (Hubert-Félix Thiéfaine)


Donnez-moi un rêve où vivre parce que la réalité est en train de me tuer (Jim Morrison, The Doors).


Il y a un mépris de l’artiste qui est effectivement extrêmement banalisé par les médias. Surtout dans la mesure où n’importe quel petit jeune qui passe un casting peut devenir une star en quelques mois. Le statut de chanteur est devenu quelque chose de très banal qui ne laisse plus la place dans les médias aux gens qui font ça par amour, par passion, par gratuité et non pas forcément pour être célèbre (Buzy).


J’ai perdu confiance. J’étais cramé, après toute l’excitation du punk rock. Et puis, je suis un gros fainéant. (Joe Strummer, The Clash, 2001)


J’ai trouvé ça dur de ne plus être à la mode, mais il faut bien se rendre compte que tu ne peux strictement rien y faire. J’aurais dû partir vivre en France ou en Espagne et rassembler mes esprits. Lorsque tu descends de cette énorme montagne russe qu’étaient les Clash, il faut du temps pour t’en remettre. (Joe Strummer, The Clash, 2000)


Je crois que j’ai apporté quelque chose de positif non seulement au monde mais aux Sex Pistols : je leur ai donné un cap, le sens de la sape, et j’ai écrit toutes leurs paroles. J’aurais aimé de leur part un petit peu plus de gratitude, plutôt que de tenter de me voler mon nom de scène ! (John Lydon, PIL, 2014).


Je dois me rendre à l'évidence : le public de masse n'a pas compris grand-chose à Nirvana (Kurt Cobain, Nirvana).


Je me suis senti trahi. Non seulement Verlaine était mon meilleur ami, mais j’avais autant contribué que lui à rendre le groupe pertinent. Il est allé au-delà du manque de tact pour plonger dans la pire condescendance aveugle et narcissique et la méchanceté tordue (Richard Hell, Television).


Je pense que le monde aura toujours besoin d'un Guns N' Roses. Je leur souhaite bonne chance, j'espère qu'ils vendront plein d'albums. J'adorerai les voir... s'ils me laissent entrer cette fois (Slash, ex Guns N' Roses, 2002).


Je suis enterré profond dans la Masse-Production (Iggy Pop).


L’album pour Johnny, je l’ai composé dans l’urgence, il y avait peut-être des chansons moyennes, mais j’ai tout donné pour Johnny et tout le monde le sait. Et puis, ce disque a sonné sa résurrection. Après son passage à Las Vegas, il était quand même très mal parti. Je l’ai sorti du trou et il manque un peu de reconnaissance sur ce coup. Mais bon, je le laisse avec sa conscience. (Pascal Obispo)


La prison a été pour moi le début de la descente. Tout allait bien jusqu’à The Raven. Après c’est devenu très difficile, très sombre. […] À peine libéré, je me retrouve à nouveau en prison en France, ce qui m’a vraiment foutu les boules. C’était immonde, vraiment crasseux, il y avait des cafards partout. Et on était emprisonnés à tort. On a vraiment accumulé la malchance. Au lieu de contrôler les évènements, ce sont eux qui nous ont contrôlés. On était trop naïfs (Hugh Cornwell, The Stranglers).


Les années 80 me sont restées en travers de la gorge, je crois qu’elles ne laisseront aucune trace. C’était une décennie affligeante placée sous le signe du matérialisme. Les eighties sont pour moi comme un long tunnel sans vie, un mauvais rêve dont je n’aurais pas le moindre souvenir à mon réveil. (Paul Simonon, ex-Clash, 1991)


Les gens ne savent pas qu’ils ont le choix. Ce qui me rend enragée, c'est de savoir qu’il y a tout un public potentiel qui apprécierait s’il avait la chance de connaître (Anne Sylvestre).


Lorsque j'ai atteint la quarantaine, tout est allé de travers. En 1987 il semblait que plus rien ne marchait pour moi musicalement. J'avais perdu le fil. Je me suis senti vraiment mal. Je me suis senti nul en tant qu'artiste. Et j'ai probablement commencé à travailler sur le côté visuel des choses (la peinture en particulier) d'une façon presque désespérée pour trouver une forme de salut en tant qu'artiste (David Bowie, New York Times, juin 1998).


On a bossé dur pour que Generation X marche. Mais tout foirait toujours pour une raison ou une autre. On était pourtant un bon groupe. Je suis vraiment fier de ce qu’on a fait (Billy Idol).


On aime les jeunes qui plaisent aux jeunes et les vieux chanteurs qui rappellent d'autres jeunesses. Quel que soit le genre abordé, on est festif avant tout. La poésie, les expériences, les remises en question, ça fait intello, c'est mal assorti avec l'i-Pod. C'est dommage, j'aime bien l'i-Pod (Kent Cokenstock, 2008).


Quand ce gars s’est amené, qu’ils ont appelé « Roi de la Pop », ce Presley, c’était une sacrée insulte. Une insulte qui me démolissait. Je pense que c’était un tabou pour les gens d’écouter cette musique quand elle était faite par des Noirs, mais ce type blanc est arrivé et BAM ! vous avez eu le rock’n roll... La vérité doit être dite, qu’elle soit acceptée ou non. Ce fut l’affaire de ma vie et ça l’est encore. C’est une part d’un enjeu, une contribution à ce pays. Nous sommes venus an tant qu’esclaves . Nous n’avons pas demandé à venir ici et nous avons apporté notre contribution en dépit de toutes ces saletés pour nous rabaisser. Nous devons être fier de ce que nous avons fait, mais nous devons savoir ce qu’était ce que nous avons fait. C’est très important pour moi que notre peuple, les jeunes, puisse piger eux-même et sachent comment apporter leur contribution (Horace Tapscott, Revolutionary Worker, mars 1999).


Quand Ziggy est tombé en disgrâce et qu'il a perdu tout son argent, il a eu un fils avant de mourir... Johnny Rotten ! (David Bowie à Philippe Manoeuvre, 1977).


Quoi que je fasse je suis toujours critiqué, quand je joue dans des stades on me dit que c’est trop grand et que personne ne voit rien, et quand je joue dans des clubs on râle parce que c’est trop petit. (David Bowie)


Tom Verlaine ne voulait pas enregistrer mes chansons. Je n’étais plus qu’une ombre (Richard Lloyd, Television).


Tout le monde s’est déguisé, mais rien n’a changé (John Lennon, Rolling Stone, 1970).

 

 

 

 

 

 

 

Accueil - Citations par auteurs - Citations par thèmes - Citations sur la musique - Contact