MENU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  
Accueil
  
Citations par auteurs
  
Citations par thèmes
  
Citations sur la musique
  
Chanson française

  

 

 

 

 

 

Kurt Cobain


Kurt Donald Cobain (né le 20 février 1967 à Aberdeen et mort le 5 avril 1994 à Seattle) est un musicien américain. Il est mondialement connu pour avoir été le chanteur et le guitariste du groupe grunge Nirvana.
Cobain a formé Nirvana en 1987 avec Krist Novoselic. En deux ans, le groupe devint un pilier de la scène grunge de Seattle alors bourgeonnante. En 1991, la sortie du titre Smells Like Teen Spirit marque le début d'un changement radical de la musique populaire des années 1980 (Glam metal, Hard FM et Pop) vers le grunge et le rock alternatif.

Biographie de Kurt Cobain

Site officiel

MySpace

 

CITATIONS

 

Ayez un peu de respect pour nous, on chie tous par le même trou.


Bon sang, mais pourquoi les journalistes insistent-ils toujours pour proposer une explication freudienne de seconde zone de mes textes, alors que, neuf fois sur dix, ils ne les ont pas retranscrits correctement ?


Ça dure depuis des années. J’ai commencé à prendre de l’héroïne en 1985 à Aberdeen. Je ne savais pas jusqu’où cette saloperie allait m’entraîner. C’est la pire dépendance que j’ai connue. Je ne peux pas jurer que je n’en reprendrais pas. (1993)


Ça m'a pris des années pour piger que je n'avais rien à voir avec le divorce de mes parents. J'ai eu des époques où je suis arrivé à me convaincre que j'étais homosexuel, juste parce que je n'étais pas du tout attiré par le modèle de fille-animatrice-de-match, et que je ne faisais pas les bars avec les joueurs. Mes premières chansons étaient pleine de rage. A mesure que le temps passait, elles prirent un ton plus optimiste, et elles tournèrent progressivement vers le pop, surtout à mesure que je me sentais de plus en plus heureux. Les chansons de notre premier album parlaient des conflits relationnels, des relations émotionnelles entre les êtres humains.


C'est dingue ce que ces fouille merde (les médias) peuvent faire en toute impunité. Je comprends pas. Si j'avais su ce que c'était toute cette merde, j'y aurais pensé à deux fois avant de me mettre autant dans  la ligne de mire du public. Je n'avais pas idée que les gens pourraient abuser de moi comme ça. (1992)


C'est la honte de Seattle ce groupe, si Pearl Jam est grunge alors, soyez gentils de pas me mettre dans la même catégorie qu'eux. (à propos de Pearl Jam en 1993).

Kurt Cobain n'arrête pas de nous descendre, il doit vraiment nous craindre. (Réponse d’ Eddie Wedder, chanteur de Pearl Jam).


Ce fut "Sandinista" de The Clash. En l'écoutant, j'ai pensé, mon Dieu, si c'est ça le punk, je préfère ne rien savoir.


Ce serait chouette d’être assis sur une chaise et de jouer de la guitare acoustique comme Johnny Cash ou Leadbelly. Qu’on pense à moi comme à un chanteur-compositeur, plutôt que comme un rocker « grunge ». Et ça ce serait plus une vaste plaisanterie. Qui sait ?


Ces types (Guns N' Roses) n'ont vraiment aucun talent et ils écrivent de la merde. Ils sont maintenant le groupe rock le plus populaire au monde. Je n'y comprends vraiment rien. (1994)


Comme Hamlet, je dois choisir entre le suicide et la mort.


De temps en temps, de vilains petits canards inattendus s’infiltrent dans le système et y mettent un joyeux bordel. Cela dure un certain temps et tout le monde y croit très fort, jusqu’à ce que les grands patrons remettent les choses en place, écrabouillant ces agitateurs, d’une façon ou d’une autre, souvent à coups de dollars, et tout rentre dans l’ordre, non ?


Depuis les débuts du rock'n'roll, il y a toujours eu un Axl Rose. Et je trouve ça totalement chiant.


Depuis que je suis célèbre, j’ai l’impression d’être pris au piège. Il faudrait que cela change, que les gens comprennent que les stars aussi ont le droit à une intimité. Même les rois sont assis sur le cul. (1993)


Devenir punk-rocker a rehaussé mon amour-propre, car cela m’a aidé à comprendre que je n’avais pas besoin de devenir une rock star – je ne veux pas devenir une rock star. Auparavant cette idée m’obsédait. J’avais toujours quelque chose à prouver aux gens. Cela me désorientait énormément. Je suis vraiment heureux d’avoir rencontré le punk-rock à ce moment, parce que cela m’a donné les quelques années de maturité dont j’avais besoin pour prendre du recul par rapport à ma propre valeur et comprendre quel genre de personne j’étais. Un vrai cadeau du ciel.


Franchement j'ai du mal à penser à l'avenir, j'ai du mal à me dire que dans dix ans je serai toujours sur scène à rejouer des chansons de Nirvana. Je ne veux pas attaquer qui que ce soit, mais je ne suis pas Eric Clapton. Je ne trafiquerai pas mes chansons au fur et à mesure que je vieillis.


Hate myself and want to die.


Il est de mon devoir de mettre en garde mon public sur ces groupes faussement alternatifs. Je n'ai rien à voir avec Pearl Jam. Merci de le noter.


Il n'y aura jamais de mauvais album de Nirvana. Nous tuerons le groupe avant.


Il vaut mieux être détesté pour ce que tu es, plutôt qu'être aimé pour ce que tu n'es pas.


Il vaut mieux mourir en plein vol plutôt que de s'éteindre à petit feu.


Il y avait beaucoup de messages vraiment confus qui mijotaient dans nos cerveaux. Tout simplement, nous ne savions pas du tout ce que nous voulions faire. Nous n’avions absolument aucun son qui nous soit propre, alors. On n’arrivait pas à admettre que nous aimions différents genres de musique. Être un punk-rocker, aller à un concert de Black Flag et dire qu’on aime R.E.M. On ne pouvait pas faire une chose pareille.


It’s nice to be important
But it’s more important to be nice.


J'ai décidé de monter Nirvana, parce que monter un groupe de rock était tout ce que je pouvais faire. Je n'aimais même pas le sport, c'est pourquoi un band était le seul moyen d'avoir une quelconque opportunité au niveau social.


J’ai envie d’avoir une plus grande liberté sur scène. Ne plus avoir à me concentrer sur la guitare et le chant, mais favoriser l’échange avec le public. J’ai envie de regarder dans les yeux les gens qui veulent nous voir.


J’ai fait installer un système de sécurité chez moi et j’ai toujours un revolver chargé à portée de main. J’ai aussi un fusil M16. J’adore tirer au fusil. C’est le seul sport que je pratique. (1993)


J'ai toujours été un fan de musique, et c'est la scène punk rock qui m'intéressait le plus. Jamais je n'ai voulu former un groupe pour adhérer à une mode quelconque. C'est venu pour moi de façon naturelle car j'ai toujours écouté ce type de musique. Je trouvais que les groupes de punk rock et de hardcore que j'écoutais à l'époque étaient sincères et pas fabriqués, comme Black Flag surtout et, Mudhoney plus tard.


J’ai une admiration sans borne pour Neil Young, sa carrière est exemplaire. Il a tout fait, tout essayé. Il n’a jamais donné aux gens ce qu’ils attendaient. J’aimerais vieillir comme lui. Je voudrais être considéré comme un songwriter, pas juste comme le leader de Nirvana.


J’aimais tout ce qui était un peu sauvage, un peu différent. J’ai spontanément été attiré par les groupes psychotiques et sauvages, les trucs affreux et extrêmes. Le punk a changé toute ma perception de la musique.


J'aimerais être gay juste pour faire chier les homophobes.


J'aimerais mieux être mort que cool (1992).


J'essaye de faire éclore les fleurs qui poussent dans ma tête.


J’étais complètement imprégné de punk-rock. Je vivais dans cet idéal marginal : la négation complète du commerce, la rébellion intégrale. Impossible de devenir célèbre par le punk-rock. Impossible de dépasser les limites de Seattle. Je n’avais envie de rien, je me sentais très bien, très bien tel que j’étais.


Je dois me rendre à l'évidence : le public de masse n'a pas compris grand-chose à Nirvana.


Je me drogue, je suis pédé, et j'encule des cochons ... Ça va comme ça ? ... Tout le monde me prend pour ce déchet émotionnel, cette étoile noire totalement négative. Ils sont toujours en train de me demander : "Qu'est ce qui ne vas pas ?". Il n'y a vraiment aucun problème avec moi. Je ne suis pas du tout déprimé. C'en est arrivé au point que j'ai du m'examiner et essayer de comprendre ce que les gens voyaient. Je me suis dis que je devrais peut-être me raser les sourcils, ça pourrait aider.


Je me rappelle avoir demandé à un ami il y a des années : « A ton avis, quel succès aurait un groupe qui mélangerait du Black Sabbath vraiment heavy avec les Beatles ? » Je voulais à la fois faire du Led Zeppelin, du punk-rock totalement extrême et, en même temps, de la pop complètement naïve.


Je me souviens qu'au Texas, pendant notre première tournée, on a dû passer la nuit au bord d'un lac entouré de panneaux qui signalaient la présence de crocodile. On a tous dormi avec une batte de baseball à côté de nous ... ou plutôt, on a essayé de dormir. (1992)


Je n’ai de réponse à rien. Je ne veux pas être un putain de porte-parole.


Je n'ai pas le droit d'attaquer toute une génération sur sa manière de vivre et d'agir. Moi-même, j'ai à me battre contre ma propre fainéantise et mes propres faiblesses. J'ai mes défauts et je n'ai pas à critiquer ceux des autres. Ce que nous essayons simplement de dire c'est que nous sommes dans une période de confusion des sentiments. Nous avons de très fortes opinions politiques en tant que personnes. Mais, utiliser la base d'une chanson comme plate-forme politique, cela ne nous correspond pas du tout.


Je ne me sens pas le moins du monde coupable d’avoir exploité commercialement une culture rock complètement épuisée car, à ce point de l’histoire du rock, le punk-rock est, pour moi, mort et enterré. Et si ça ne vous plaît pas, qu’attendez-vous pour nous laisser seuls ! Ne venez pas à nos concerts et n’achetez pas nos disques.


Je crois que les gens de ma génération n’ont pas été exposés à autant de violence que les enfants d’aujourd’hui. Sans vouloir passer pour un philosophe de comptoir, il me semble qu’on vit à une époque où l’on se sent à la fois honteux et coupable par rapport à la génération de nos parents, car ils étaient hippies et défendaient de grandes idées avant de virer yuppies hypocrites au début des années 80. Aujourd’hui seulement, on échappe à ce sentiment de honte vis-à-vis d’eux et on essaie de trouver notre propre identité. Ma génération a développé un comportement en réaction à l’hypocrisie de nos parents. Les temps sont en train de changer. (1991)


Je dois être un de ces êtres narcissiques qui n’apprécient les choses que quand ils sont seuls. Je suis trop sensible. J’ai besoin d’être légèrement engourdi pour retrouver mon enthousiasme d’enfant. (1994)


Je dois parler des choses qui me révoltent, et si c'est dogmatique ou négatif, et bien tant pis : personne ne peut me faire taire.


Je ne crois pas que Courtney et moi, on soit si foireux que ça. On a manqué d’amour pendant toute notre vie, et on en a tellement besoin que si nous devions n’avoir qu’un but, ce serait de donner à Frances autant d’amour que nous le pouvons, autant d’aide que possible.


Je ne me rappelle même plus la partition de guitare de Smells Like Teen Spirit. Cela ne me prendrait que cinq minutes d’aller la réapprendre dans la pièce d’à côté. Mais ce genre de truc ne m’intéresse plus. Je ne sais pas si c’est par paresse ou quoi, mais je ne m’en soucie plus. J’aime toujours jouer Teen Spirit, mais cela me cause tellement d’embarras…


Je ne veux pas être associé à 99% des groupes de rock’n roll. Nous sommes juste un groupe de bar, nous ne sommes rien de plus.


Je pense que nous sonnons comme les Bay City Rollers après un passage de Black Sabbath.


Je préfère être détesté pour ce que je suis qu’aimé pour ce que je ne suis pas.


Je respecte profondément Iggy Pop et Neil Young pour le fait qu'ils n'ont jamais cédé aux compromis et que leur musique a toujours été sauvage. Tout cela n'a rien à voir avec ces Guns N' Roses et autres Metallica qui devraient tous êtres pendus par les couilles, voire castrés... En fait, on devrait leur injecter du silicone dans la poitrine et les envoyer dans un bordel nippon tenu par la mafia locale.


Je suis un type beaucoup plus heureux que la plupart des gens ne se l'imaginent.


Je t'aime pour ce que je ne suis pas, pas pour ce que j'ai déjà. (Radio Friendly Unit Shifter)


Je voulais être John Lennon, j’écoutais ses disques toutes les nuits, religieusement. Je rêvais que les Beatles venaient jouer à Aberdeen, j’imaginais comme cela pouvoir être grandiose pour moi. Ce n’est qu’en 1976 qu’on m’a dit qu’ils étaient séparés depuis déjà six ans.


John Lennon était définitivement mon Beatle favori, il n’y a vraiment pas photo. Je ne sais pas avec certitude qui écrivait quoi dans les chansons des Beatles, mais aujourd’hui Paul McCartney m’ennuie plus qu’autre chose. (1992)


Jouer de la musique est ce que je fais. Ma famille est ce que je suis.


L’Amérique se targue d’être le pays de la liberté, mais, en définitive, c’est ici qu’il y a le plus d’ignorants. La majorité de la population est à demi-attardée.


La célébrité, je m’en tape complètement. Si je fais si facilement de la musique, c’est que je me fiche de ce qu’on pense de nous. Je suis vraiment content de sortir un album, et je pense qu’il y aura bien une poignée de gens pour aimer ça. J’espère qu’on pourra partir en tournée, même s’il faut se contenter de passer dans les clubs.


Le fait que tu sois paranoïaque ne signifie pas qu’ils ne sont pas après toi. (Territorials pissings)


Le plus beau jour que j’ai jamais vécu fut celui ou j’appris à pleurer à volonté. (On a plain)


Les fans : la pire des choses qui me soit jamais arrivée. Rien de plus embarrassant que des gens qui se jettent sur vous en tremblotant et vous parlent comme à un putain de Dieu. Ils me font pitié et beaucoup d’entre eux se conduisent de façon vraiment tordue. Tout le monde me dit que c’est inévitable, mais quel choc ça a été pour moi au début.


Les jeunes sont vraiment trop mous et n’ont plus aucun esprit de révolte : leur ambition est d’avoir leur petit confort personnel et d’acquérir une belle situation sociale, une belle baraque, une belle bagnole et une super nana ! Malheureusement, ce n’est pas le rock qui pourra leur faire prendre conscience de leur connerie.


Lorsque j'écris une chanson, les paroles sont secondaires. Je peux faire référence à deux ou trois thèmes différents dans une même chanson, et il arrive même qu'elles n'aient rien à voir avec le titre, qui à son tour ne signifie rien. Parfois, j'essaie de faire encore plus fort, de me sentir encore plus en colère pour faire jaillir certain de ces trucs qui appartiennent au subconscient, les conflits avec d'autres personnes ou des choses dans le genre.


Maintenir l’éthique punk-rock est pour moi plus important que tout autre chose.


Merci pour le drame [dans la vie]. J'en ai besoin pour mon art.


Moi ça ne m’est jamais arrivé de demander un autographe à  qui que ce soit. Si j’ai l’opportunité de me retrouver en face d’un artiste que j’apprécie, j’aurai envie de parler avec lui, pas de lui faire signer un bout de papier. (1991)


Mon mariage est le meilleur moment de ma vie. Une totale révélation.


Nos fans les plus radicaux ont du mal à l'admettre, il faut pourtant qu’ils s’y fassent : je suis un admirateur des Beatles. Je ne connais rien de plus beau que leurs chansons. Il y a quelques années j'étais obsédé par l'idée d'écrire la chanson pop parfaite.


Nous sommes les Simpsons du rock, un produit de divertissement véhiculant une idéologie contestataire.


Parfois, je voudrais prendre une pastille qui me permette de me distraire en regardant la télé et goûter les choses simple de la vie au lieu d'être aussi critique et de toujours vouloir de la qualité authentique plutôt que des cochonneries. (1993)


Personne, surtout dans notre génération, ne veut s’interroger sur les problèmes graves. Les jeunes préfèrent fermer les yeux. Certes, nous faisons avant tout de la musique, mais nous n’interdisons pas à nos auditeurs de penser. J’espère que la musique underground peut les éveiller et les empêcher de se transformer en lézards.


Plus le temps s'écoule plus je deviens optimiste. J'espère simplement que devenir heureux ne me rendra pas chiant. Mais, je crois que je serais toujours suffisamment névrosé pour faire des trucs dingues.


Pourquoi pas ? Ça me parait bien. Quelqu’un a déjà abattu un fort bel arbre pour fabriquer cette putain de gratte alors... CASSONS-LA !!!


Prendre de la drogue est une perte de temps. Les drogues détruisent la mémoire, le respect qu’on peut avoir de soi… Je ne vais pas en dire plus. C’est personnel, mais mon expérience de la drogue est globalement négative… (1992)


Quand j'étais jeune, je ne pouvais pas savoir comment fonctionnait le business de la musique. Je critiquais les Butthole Surfers de faire payer 15 dollars les billets de leurs concerts. Maintenant, évidemment, je comprends ça bien mieux.


Quand le rock sera mort, le monde entier explosera. Il a déjà tellement perdu son essence, il a tellement été plagié qu'il survit à peine, aujourd'hui. Ça me dégoûte. Les jeunes n'ont plus le même intérêt pour le rock que les générations précédentes. C'est devenu une revendication à la mode et une identité qu'ils utilisent pour baiser et avoir une vie sociale. Dans ces conditions, on peut pas dire que la musique les intéresse. Ils choisiront des sons et des tonalités dans une machine de réalité virtuelle. Ils les écouteront, ressentiront les mêmes choses et... ils iront faire la fête. Cette machine sera munie d'écouteurs, on pourra discuter en écoutant de la musique virtuelle, on pourra baiser, boire... Cette machine permettra de planer. La technologie aura tellement évolué. Il y aura aussi des junkies virtuels qu'on retrouvera sur leur canapé, morts d'une overdose (Kurt Cobain About a Son, 2006).


Quand les Guns N' Roses sont devenus aussi célèbres, je suis sûr que le gouvernement Bush a réalisé une enquête approfondie à leur sujet et s'est rendu compte qu'ils n'avaient pas suffisamment de cervelle pour représenter une quelconque menace. (1991)


Quand Monsieur Axl Rose fait attendre le public deux heures debout dans un stade parce qu’il a la chiasse, c’est pas un trip de superstar à la con ? (1992)


Regarder du bon côté c'est suicidaire. (1993)


S'il y a parmi vous des gens qui détestent les homosexuels, les gens d'une autre couleur ou les femmes, s'il vous plaît, foutez-nous la paix ! Ne venez pas à nos concerts et n'achetez pas nos disques.


Smells Like Teen Spirit évoque l’apathie de ma génération. C’est un phénomène qui me dégoûte. Je suis dégoûté de ma propre apathie, de mon manque de nerf et de ce qui m’empêche de me dresser contre le racisme, le sexisme et tous les autres maux en –isme dont la contre-culture se plaint depuis des années.


Tout le monde parle de Smells Like Teen Spirit. S'il provoque un tel enthousiasme, c'est parce qu'il est passé sur MTV des milliers de fois. Je ne peux absolument pas faire semblant de prendre plaisir à le jouer.


Tu n'attendras pas de ta rock star qu'elle te guide.


Vouloir être quelqu’un d’autre c’est gâcher la personne que vous êtes.

A PROPOS DE KURT COBAIN

À travers Kurt j'ai vu la beauté du minimalisme et l'importance d'une musique dépouillée (Dave Grohl, Foo Fighters).


Brian Jones était une personne extrêmement complexe, presque misérable sur la fin de sa vie. Kurt Cobain, je pense, a été atteint du même syndrome. Vous ne pouvez rien reprocher à une personne qui a connu autant de difficultés de vie, de mal-être et de déprime. Il était malheureux avec sa vie, mais aussi frustré. Il était très talentueux, mais était totalement paranoïaque. Il ne pouvait donc survivre dans le show-business. (Mick Jagger, The Rolling Stones)


Je ne pense pas à Kurt en tant que « Kurt Cobain de Nirvana. » Je pense à lui en tant que « Kurt. » C'est quelque chose qui me revient tout le temps. Presque tous les jours (Dave Grohl, Foo Fighters).


Kurt Cobain ? Un pauvre con de dépressif qui ne pouvait pas supporter la gloire. (Liam Gallagher, Oasis, 1994)

 

 

 

 

 

 

 

Accueil - Citations par auteurs - Citations par thèmes - Citations sur la musique - Contact