MENU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  
Accueil
  
Citations par auteurs
  
Citations par thèmes
  
Citations sur la musique
  
Chanson française
  
Nouveautés

  

 

 

 

 

 

 

CITATIONS

 

À chaque fois que je vois tous ces pauvres enfants mourir de faim à travers le monde, je ne peux pas m'empêcher de pleurer. Bien sûr, j'adorerai être aussi mince qu'eux... mais pas avec toutes ces mouches, et la mort et tout ça (Mariah Carey).


À force de faire de la muscu, j'ai cru que j'étais devenue un homme (Gwen Stefani, No Doubt).


Algy était du genre paillard, il picolait beaucoup. Il utilisait un médiator en métal pour obtenir ce son de basse déglingué. À première vue, il était brusque. Cette façade se fissurait après quelques verres et il était très doux dans le fond. Mais il avait toujours un marteau dans sa poche, au cas où. Son cri de guerre, c’était : « Où est mon marteau ? » (Captain Sensible, The Damned).

Rat était une langue de pute et Algy n’appréciait pas. Ils se battaient à coups de bouteilles. Ça partait de rien : « Je suis plus bourré que toi ! », « Non, tu ne l’es pas ! », « Où est mon marteau ? » (Captain Sensible).


Au fond de moi il y a un gros homme qui ne demande qu'à sortir (Robbie Williams). 


Avec les Chemical Brothers, j'apprends. Je suis nul face à l'univers des machines. Plutôt du genre à appuyer sur le bouton qui efface tout (Noel Gallagher, Oasis, 1997).


Ayez un peu de respect pour nous, on chie tous par le même trou (Kurt Cobain, Nirvana).


Bonehead a un plus beau cul que les Spice Girls (Liam Gallagher, Oasis, 1997).


Boris Bergman a reçu le « Prix Robert », ça t’a fait plaisir ? Oui, mais ce qui est émouvant, c’est que son prix ressemble à un phallus, et celui que j’ai eu aux Victoires de la Musique ressemble à une paire de couilles, alors on va faire une photo montage du tout. C’est une très bonne année (Alain Bashung, Longueur d’Ondes, 1987).


Bowie est un vrai mec, et je suis une vraie femme - tout comme Catherine Deneuve (Iggy Pop).


Brian (Molko) est probablement la plus confuse des femmes que je n'ai jamais rencontrées dans ma vie entière (Steve Hewitt, Placebo).


Brian est une gomme génitale (Steve Hewitt, Placebo).


C'est difficile d'avoir des caresses sans baffes (Carla Bruni).


C'est formidable quand physiquement tout commence à tomber (Céline Dion).


C’est vrai que je pouvais servir le café avec mon derrière en guise de rebord, mais je suis fière de mon cul ! (Jennifer Lopez, 2010).


Ce qui rend heureux, c'est d'être heureux (Johnny Hallyday).


Ces fenêtres toutes plates me disent tout le temps, balance-moi une chaise dessus (Liam Gallagher).


Charlie Watts c’est vraiment le mec le plus sympa des Stones. Un jour il était dans le hall de chez Pathé et il lisait le journal à l’envers. Il était complètement défoncé. De temps en temps, il s’écroulait ou il se mettait à rire violemment. Et puis il a voulu se mettre à discuter avec notre ancien batteur et il lui a dit : « Qu’est-ce que tu fais ? ». Il lui a répondu : « Je suis batteur »... Alors Charlie s’est levé et a dit : « Non ! ce n’est pas possible, à chaque fois que je discute avec quelqu’un , il est batteur »... et il est parti (Trust, 1977).


Dans certains pays, on connaît mon cul mieux que ma musique. (Michel Polnareff)

J’avoue que ça dépasse un peu ce qu’on avait prévu au départ, parce que je trouvais que montrer mon cul c’était une pantalonnade si j’ose dire, et j’avoue que maintenant ça prend des proportions énormes. Donc, vous voyez qu’un petit cul peut amener de grandes choses (Michel Polnareff, 1972).


Dave (Greenfield) est très étrange. De toute façon tous les Stranglers sont étranges… sauf moi ! C’est une machine, un ordinateur comme Spoke dans Star Strek. Complètement logique. Si tu lui demandes l’heure il te la donnera à la seconde près. En fait personne ne le connaît très bien. Même pas sa femme ! (Jean-Jacques Burnel, The Stranglers).


Demander à un artiste de décrire sa propre musique est comme demander à un gorille de décrire le goût de ses propres roubignoles. Le gorille ne parviendra jamais à établir le contact entre sa bouche et ses couilles. Il en rêve, mais cela reste un rêve insaisissable (Violet Clark, Mrs. Frank Black des Pixies, en interview pour Blackolero).


Des membres de ma famille continuent de me demander : « C’est quoi ton vrai job ? » (Will Champion, Coldplay).


En 1960, tout le monde appelait son chien Dick. Quand j'ai commencé à être connu, les gens aboyaient quand ils me voyaient. (Dick Rivers, 1996)


En Colombie, je dois être l’une des seules à ne pas m’être fait siliconer la poitrine. Là-bas, les chirurgiens sont les meilleurs ! L’opération coûte moins cher qu’ailleurs et, en plus, les médecins arrivent à donner un résultat naturel (Shakira, 2010).


Être célèbre, c'est comme être au lycée (Courtney Love, Hole).


Faut toujours vomir avant de dormir (Brian Molko, Placebo).


Gene Simmons, de Kiss, est apparu pendant mon sommeil. Il disait : « Joe Strummer, le leader des Clash, est une citrouille ivre et fracassée ! » (Billy Corgan, The Smashing Pumpkins).


Graham (Coxon) pense qu'il peut voler (Alex James, Blur).


Il est mauvais de se noyer après manger (Erik Satie).


Il faut pas chier où on habite (Brian Molko).


Il faut regarder loin pour voir nulle part (Jean-Jacques Goldman).


Il y a un groupe qui joue des reprises de Cure. Ils sont venus nous voir en backstage après l'un de nos concerts, et je leur ai demandé ce qu'ils avaient pensé du show. Le chanteur qui est donc censé être moi a répondu : « On sonne beaucoup plus Cure que vous » (Robert Smith,1996).


Il y a une différence entre se gratter le cul et se l’arracher en morceaux (Keith Richards, The Rolling Stones, 1993).


J'ai chié dans mon pull. J'avais envie de chier et j'ai oublié qu'il était noué autour de ma taille. J'ai été obligé de le jeter dans le jardin de quelqu'un d'autre (Graham Coxon, Blur).


J’ai du mal à m’imaginer écouter Johnny Hallyday. Je vis avec ! (Johnny Hallyday).


J'ai dû me raser les jambes pour la première fois en trente-cinq ans d'existence la semaine dernière (Gwen Stefani, No Doubt).


J'ai fait croire à un journaliste que j'étais Paris Hilton ! (Pink).


J’ai la salle manie de rencontrer des filles qui s’habillent bien, qui me ramènent chez elles et qui foncent tout droit s’enfermer aux chiottes à peine arrivées. (Chris Robinson, The Black Crowes, 1991).


J'ai pris deux nègres bien blancs pour écrire mon bouquin ! (Doc Gynéco)


J'ai réinventé mon image tellement de fois que je suis dans le déni d'avoir été à l'origine une femme coréenne en surpoids (David Bowie). 


J'ai toujours voulu être une star du rock. Quand j'étais plus jeune, quand j'allais chier, je m'imaginais en train d'être interviewé. Mes parents pensaient que j'étais un peu bizarre de me parler à moi-même pendant que je chiais (Brian Molko).


J'ai une belle peau parce que je ne la lave pas (Beyoncé).


J'ai une collection de Rolex et de diamants. Je voudrais trouver le plus gros diamant, le manger et le retirer de ma merde le jour suivant (Mike Dirnt, Green Day).


J’aime les gens qui ont tout faux. Le type affreux qui sort avec un monstre et dit : « Regardez ma copine, on dirait pas Marylin Monroe ? Moi, c’est Tony Curtis ! » (Chris Isaak, 1993).


J’aime les pieds. J’aime bien boire dans les chaussures. C’est très vieille Europe (Thomas Fersen, Longueur d’Ondes, 2003).


J'aime l'odeur des aisselles le matin. C'est comme la victoire (Ozzy Osbourne, Black Sabbath).


J'aime vomir, ça me donne une bizarre sensation d'euphorie (Jonathan Davis, Korn).


J’aimerais apprendre à dire non pour ne plus me retrouver à dire oui sans faire attention (Johnny Hallyday).


J'allais à pleins de fêtes, et à quel moment que ce soit, Graham y était, allongé sur le sol comme un paillasson humain (Damon Albarn, Blur).


J'aurais bien aimé jouer l'ours dans L'Ours. (Julien Doré)


Jamais je ne me suis aussi bien entendu qu'avec personne (Serge Gainsbourg).


J’écoute toujours la chanson Tearin' Up My Heart des N’Sync. Ça me rappelle de mettre un soutien gorge (Britney Spears).


J'essaie d'apprendre à faire du skateboard en ce moment. J'ai essayé d'en faire pieds nus, mauvaise idée. Je me suis complètement déchiqueté les orteils (Graham Coxon, Blur).


J'essaye de faire éclore les fleurs qui poussent dans ma tête (Kurt Cobain, Nirvana).


Je crois que quiconque se déshabille devant une caméra devient un sex symbol, même s’il  a des verrues sur le dos (Roland Gift, Fine Young Cannibals, 1989).


Je déteste ma voix. On dirait une fille. Je suis un homme en fait (Ray Toro, My Chemical Romance).


Je dois avoir un charme qui n'est pas si différent de celui d'Hannibal Lecter (Marilyn Manson).


Je mange comme une cochonne (Lily Allen).


Je me rappelle encore comme si c'était hier que je m'agenouillais à côté de mon lit à neuf ans pour faire ma prière, demandant à Dieu de me donner des seins si gros que si je me couchais sur mon dos, je ne pourrais pas voir mes pieds. Visiblement, cette demande a été réalisée (Katy Perry, The Sun).


Je me souviens un jour, je me suis regardé dans un miroir et je me suis dit : Il est pas si gros que ça ? On pourrait dire qu'aujourd'hui, j'ai enfin accepté mon nez. Quand les gens parlent de moi, c'est leur grand sujet de conversation. Il faut bien que j'en rie – ça rentre par une narine et ça ressort par l'autre ! (Ringo Starr, The Beatles).


Je n'ai subi en tout et pour tout que deux opérations chirurgicales sur mon nez, ce qui m'a permis de respirer mieux, pour chanter des notes plus aiguës. Je n'ai rien fait à mon visage (Michael Jackson)


Je n'envisage pas une nouvelle réunion des Beatles... du moins tant que John Lennon sera mort ! (George Harrison, 1990).


Je ne peux pas lui acheter des diamants, ma bite est trop petite (Pete Doherty à propos de Kate Moss).


Je n'ai pas de liaison avec Madonna, par contre j'en ai une avec Guy Ritchie (Noel Gallagher, 2008).


Je ne ferai jamais caca devant mon frère... Pipi, oui, à la rigueur (Lily Allen).


Je ne me rase pas les jambes et j’ai des poils qui poussent sous les bras (Madonna).


Je ne sais pas comment sourire, donc je sors ma langue (Miley Cyrus).


Je n’étais pas populaire à l’école. Dieu merci je n’avais pas de copine ou je serais à chier à la guitare maintenant (Ray Toro).


Je ne change pas quand je suis pareille (Vanessa Paradis).


Je ne me vois pas sans rouge à lèvre rose. Je pourrai m'en sortir sans durant quelques jours mais s'il n'y avait plus de rouge à lèvre rose dans le monde je serai inutile. Vraiment (Nicki Minaj).


Je peux marcher dans la rue et la minute d'avant me faire serrer la main puis celle d'après me faire cracher dessus. Je ne sais jamais si je dois porter des gants ou un casque (Chris Martin, Coldplay). 


Je peux reconnaître Chris à ses pets. Rien que par leur odeur et leur volume (Matthew Bellamy, Muse).


Je préfère manquer le bateau du show-business que le tramway d'être mère ! (Céline Dion).


Je reçois des e-mails de gens qui pensent que leur CD est brisé (Ian Parton, The Go! Team, 2005).


Je respire avec mon cul. Je fais de longues stations aux cabinets, ça me fait respirer les tripes. (Claude Nougaro)


Je ressens mes fesses dans mon âme (Beyoncé).


Je suis arrivée à faire des choses anormales avec ma voix (Céline Dion).


Je suis attiré pas les traumatismes. J'aime bien les trucs comme ça. Je suis un martyr né (Graham Coxon, Blur).


Je suis comme un faux billet de vingt dollars : la moitié de ce qu’on voit est plutôt bien imitée, mais l’autre moitié est une véritable escroquerie (Cher, 1990).


Je suis fasciné par le cannibalisme et je suis certain qu’un jour je le pratiquerai, même juste une fois (Jean-Jacques Burnel, The Stranglers).


Je suis lesbienne (Francis Lalanne).


Je suis officiellement la diva de la tarte aux pommes. Alors, oui, je suis une diva et je l’assume (Maria Carey, 2009).


Je suis peut-être un homo dans un corps de femme... (Madonna).


Je suis sagittaire, mi-homme, mi-cheval, avec un permis de chier dans la rue (Keith Richards, The Rolling Stones).


Je suis un artiste né. Quand j'ouvre mon frigo et que la lumière s'allume je commence à chanter (Robbie Williams). 


Je suis un fils de pute diabolique, fracassant et joueur de piano. Un méchant fils de pute (Jerry Lee Lewis).


Je  vais mourir pauvre et seule sous une montagne de fringues (Lady Gaga).


Je veux faire du rap (Francis Lalanne).


Je veux plein de ballons remplis de confettis et acheter une longue sarbacane pour les éclater pendant qu'ils descendent sur la foule, alors que je philosophe sur l'utilité du petit doigt et de l'index dans le geste du balancement de la main. Je prévois de m'amuser, de te regarder et de t'embrasser sur le nez, ainsi que tes deux amis jumeaux (Matthew Bellamy, Muse).


Je veux un oscar (Céline Dion).


Je vis au jour le jour, pour demain, pas pour hier (Johnny Hallyday).


Je vis avec moi-même tous les jours (Johnny Hallyday).


Jeanne D’Arc a été canonisée par vous alors que nous l’avons expédiée au bûcher. Chaque livre d’histoire a sa version, mais le personnage reste flou. On dit même qu’elle était transsexuelle et qu’à dix huit ans, elle n’avait pas de poil au zizi (Andy Mac Cluskey, Orchestral Manœuvres in The Dark, 1986).


J'urine dans la douche. Celui qui dit qu'il n'a jamais fait ça est un menteur (Kelly Clarkson).


Jusqu'à 8 ans, je faisais pipi debout ! (Amel Bent)


L'autre jour, Alan McGee débarque chez moi et offre une petite culotte transparente à ma copine. Foutu rouquin d'Ecossais, quel besoin a-t-il d'acheter une culotte à trous à ma copine ? (Noel Gallagher, 1996).


L’autre jour, je jouais au golf avec un ami. J’allais frapper la balle quand je vis qu’un tout petit moucheron était posé dessus. Et je me suis dit que cet être allait vivre une expérience incroyable. C’est comme si vous étiez grimpé sur un bloc de la taille d’une maison et que brusquement arrivait de l’espace cette énorme masse aussi grande qu’un hôtel. L’hôtel vient percuter la maison à une vitesse incroyable et la catapulte dans l’espace. Vous vous rendez compte de l’incroyable expérience que le moucheron allait vivre ? (Roger Waters, 1984).


L'autre jour, ma copine me faisait chier, alors je me suis assis à côté de l'armoire, et je me suis mis à me cogner la tête dessus jusqu'à ce que ma vue se trouble (Graham Coxon, Blur).


La chambre de Sensible était décorée comme une salle d’attente de gare. C’était un bordel absolu. Avant la démolition de la gare de Selhurst, il s’y est introduit et a volé tous les panneaux. Il adorait les gares. (Dave Vanian, The Damned).


La couleur lavande est le nouveau rose. Je n'arrêterai jamais de porter du rose mais je voulais m'aventurer au delà de mes limites (Nicki Minaj).


La maternité, c'est un miracle qui n'arrête pas de chier... (Carla Bruni)


Le pet et les excréments sont deux entités séparées. On ne fait pas que parler de caca. On joue aussi avec (Tom Delonge, Blink-182).


Le problème, c'est que, à force de faire des villes différentes tous les jours, je finis par oublier leurs noms (Johnny Hallyday).


Les albums de The Fall sont toujours les mêmes, tous différents (The Fall).


Les attentats m'ont rendu malade. Si je n'étais pas chanteur, je prendrais une arme et j'irais combattre (Johnny Hallyday, Le Parisien, 22/11/2015).


Les chauffeurs de taxi me demandant souvent des nouvelles de Larusso parce qu'ils me confondent avec elle. (Lââm)


Les « crottes volantes », l’un des noms les plus pourris qui ait jamais existé, on va le garder jusqu’au bout ! (Flying Pooh, Longueur d’Ondes, 2009).


Les gens ne se sont pas aperçus que le surnom de Sid Vicious était un hommage à Syd Barrett, le fondateur des Floyd. J’avais d’abord donné ce surnom à mon hamster, et lorsqu’un jour Sid m’a rendu visite, du temps où on l’appelait encore John, mon hamster l’a mordu, et depuis ce jour, il a écopé de ce sobriquet de Sid le Vicieux (John Lydon, ex Sex Pistols, PIL, 2014).


Les mecs d'Oasis ne pissent qu'à deux endroits : aux chiottes et dans leurs pantalons. (Liam Gallagher, accusé d'avoir uriné dans le couloir d'un hôtel).


Les pop stars ne devraient pas manger (Lady Gaga).


Liam a une Rolex et j'ai une Rolls-Royce. C'est étonnant vu que je ne sais pas conduire et que Liam ne sait pas lire l'heure (Noel Gallagher, Oasis).


Liam m'a menacé d'emménager à côté de ma maison de campagne, je ferai mieux de prévenir la police (Noel Gallagher, 2000).


Ma collaboration avec Eddy Mitchell est née de sa paresse, il est la personne la plus paresseuse que je connaisse : il a un séquoia dans chaque main ! De temps en temps, il séchait, alors il faisait « S.O.S. Boris Secours », un peu comme un réparateur de flipper (Boris Bergman, Longueur d’Ondes, 1996).


Ma grand-mère est pratiquement aveugle, mais elle peut voir les endroits où la lumière est plus éblouissante. Elle m'a dit, « Je peux te voir parce que tu ne portes pas de pantalon ». Alors je vais continuer de ne pas en porter pour que ma grand-mère puisse continuer de me voir (Lady Gaga, Rolling Stone).


Mes piercings m'aident à tenir debout (Janet Jackson).


Moi et Bonehead, on n'a qu'à aller dans un hôtel et on le vide par la fenêtre (Noel Gallagher).


Mon album arrivera quand il sera fait (Vanessa Paradis).


Mon album est sinistre, inaudible et chiant : c'est mon meilleur album (Étienne Daho).


Mon ancien appart est couvert de carcasses de moustiques sur les murs parce que je ne me suis jamais fait chier à nettoyer, pour les prévenir (Graham Coxon, Blur).


Mon corps n'a aucun rythme. J'en ai quand je chante mais mes pieds sont comme deux pieds gauches (Adele).


Ne cours  jamais sous la pluie avec tes chaussettes (Billie Joe Armstrong, Green Day).


N'oubliez jamais que lorsque vous parlez à quelqu'un vous parlez à une bougie (Charlélie Couture).


Notre groupe sonne probablement comme un groupe de grands-mères qui feraient du tricot en groupe, mais c'est la vérité (Chris Martin de Coldplay, qui a révélé que les membres du groupe et lui cousent des vêtements pendant qu'ils enregistrent leurs albums).


Notre pire soir a probablement été au Havre. Je savais que les flics allaient débarquer à l’hôtel sans tarder parce qu’il pleuvait des cocktails Molotov dans la rue. Rat (Scabies) était dans la chambre au-dessus de la mienne et j’ai entendu un fracas. Des rideaux en feu sont passés devant ma fenêtre. Puis j’ai entendu des chiens dans les couloirs. On est allés chez les flics le lendemain, on n’a pas pu voir Rat, mais il gueulait : « Vendez la batterie, faites quelque chose ! » (Captain Sensible, The Damned).


Nous ne vomirions jamais les uns dans les bouches des autres, nous posons certaines limites (Steve Hewitt, Placebo).


Nous nous méfions de la cuisine française, à cause de l’ail… (John Lennon, 1964).


Oh mec, c'était superbe ! J'ai regardé le parking de l'hôtel le lendemain et il était plein de chambres à coucher ! Il a fallu bosser dur pour arriver à ça (Liam Gallagher, 1994).


On a tous une Spice Girl en nous (Colin Greenwood, Radiohead).


On dit encore aujourd’hui qu’un morceau de toast authentiquement mordu par moi pourrait bien se vendre aux enchères… Mais c’est tout à fait impossible. J’ai toujours terminé tous mes toasts (George Harrison, ex Beatles, 1992).


On dit que c’est la scène qui va rapporter de l’argent [aux artistes] maintenant... Oui, mais sauf pour quelqu’un qui est infirme, faut pas déconner quoi ! (Laurent Voulzy).


On était dans un car de la tournée, coincé dans les embouteillages. Bonehead a décidé de sauter depuis l'avant jusqu'au siège arrière. Sauf que c'était lui qui conduisait (Simon Williams, journaliste au New Musical Express, 1994).


On finissait toujours sur le canapé de Lemmy (Kilmister) à regarder ses vidéos de la Seconde Guerre mondiale. Il nous donnait des coups de coude pour nous réveiller, parce qu’il ne dormait pas beaucoup. Pour me venger, je lui ai fait jouer SOS d’Abba sur scène. Ça m’a permis de gagner 10 livres ! (Captain Sensible, The Damned).


On peut même plus péter en public sans que ça soit sur Internet une demi heure plus tard ! (Brian Molko, Placebo).


Parfois je me surprends en train de gribouiller convulsivement sur un paquet de cigarettes avec un stylo. Alors je jette le paquet de clopes et je me dis : « Putain, mais qu'est-ce que je suis en train de faire ? Un adulte à cette heure-là de la nuit ? » Mais je chasse cette pensée et je ramasse le paquet pour continuer (Joe Strummer, The Clash).


Parfois je pense que je suis immortelle (Britney Spears).


Parfois, moi aussi j’ai envie de me mettre des baffes. Mais en même temps, c’est dur de se mettre des baffes, je ne sais pas si vous avez déjà essayé. C’est presque impossible de se mettre une bonne raclée tout seul (Frédéric Jean, Hyperclean, Longueur d’Ondes, 2008).


Personne ne me reconnaît quand je ne suis pas maquillée (Britney Spears).


Personne ne me remarque et personne ne sait que c'est moi. Mais bon, il faut dire que je me ressemble moins que la plupart des gens qui vont à nos concerts (Robert Smith, The Cure). 


Peut-être que Madonna était mon mari dans une vie antérieure (Britney Spears).


Peut-être qu'un jour je pourrais avoir une réunion avec moi-même (Sebastian Bach, Skid Row).


Pour la première fois, j'utilise mon cerveau et j'adore ça (Victoria Beckham).


Quand je vais au supermarché, c'est moi qui pousse le caddie (Vanessa Paradis).


Quand je vais au tribunal, je joue à guichets fermés. (Joeystarr, 2010)


Quand mon frère est con, je lui en colle une. Et si je déconne, il m'en colle une. Quoi de plus normal ? Hier soir, on s'est engueulé pour le prix d'une boite de haricots blancs (Noel Gallagher, 1994).


Quand on achète un poulet en grande surface, on ne le connaît pas (Eve Angeli).


Que votre merde prenne vie et vous embrasse le visage ! (Frank Zappa).


Quel héritage The Clash a-t-il laissé d'après toi ? Une sacrée pile de tubes de gel coiffant vides, déjà (Joe Strummer).


Quel message adresser à la Gaule ? Gardez-la, ça peut servir ! (Les VRP, Longueur d’Ondes, 1990).


Quelle que soit la confiance que tu aies en toi, si on te regarde, tu ne vas pas te gratter le cul, même si ça te démange ! (David Lee Roth, Van Halen).


Quelqu'un m'a dit que Supersonic c'était à propos de la prostitution enfantine, merde ! C'était à propos d'un rottweiler qui s'appelait Elsa et qui traînait dans le studio (Noel Gallagher).


Qu’est-ce que je serais sans mon Red-bull ? (Ray Toro, My Chemical Romance).


Sans ce groupe, je n'aurais rien fait de ma vie. Je serais resté chez moi, impassible, assis sur une chaise (Liam Gallagher, 1994).


Si vous voulez vivre longtemps, vivez vieux (Erik Satie).


Un gars m'a demandé si je voudrais que l'on se souvienne de moi comme le mec debout sur la montagne avec un dico à la main. J'ai répondu, non, souvenez-vous de moi comme le mec avec un dico dans la tête et une montagne dans le pantalon ! (David Lee Roth à Philippe Manoeuvre, 1988).


Un horrible lot de pop stars gays prétendent être hétéros. Je vais créer un mouvement de pop stars hétéros prétendant être gays (Robbie Williams). 


Un membre du groupe Spinal Tap explique les avantages de son super ampli Marshall gradué jusqu'à 11.
— Ça, c'est le top sur scène, car comme tu peux le voir, les cadrans vont tous jusqu'à onze. Regarde. Tous les cadrans. Onze, Onze Onze Onze...
— Les amplis vont à dix en général !
— Exactement.
— Ça veut dire que c'est plus fort ?
— Et bien c'est plus fort d'un cran, oui.
— Ce n'est pas dix. La plupart des rockeurs jouent à dix. Tu es à dix ici. Au bout. Tu es à dix sur ta guitare. Où peux-tu aller ? Où ?
— Je ne sais pas. Nulle part. Nous, si on veut dépasser le cap nous le montons à 11. Un cran de plus.
— Pourquoi pas mettre le dix plus fort et en faire le maximum ?
Long silence…
— Ceux-là vont jusqu'à 11...


Vous savez sur de longues tournées, on entend les gens dire que leurs animaux de compagnie leur manquent. Ça ne m'est jamais arrivé. Mais la nuit dernière mon chien a commencé à me manquer. Ce qui est très bizarre parce que je n'ai pas de chien (Bono, U2).

 

 

 

 

 

 

 

Accueil - Citations par auteurs - Citations sur la musique - Chanson française - Nouveautés - Contact