MENU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  
Accueil
  
Citations par auteurs
  
Citations par thèmes
  
Citations sur la musique
  
Chanson française

  

 

 

 

 

 

 

CITATIONS

 

Au début des années 70, les gars comme moi, Bryan Ferry ou Brian Eno (…) nous étions excités par les décors, par la façon de nous habiller, par le fait de tenter de créer tout un univers pour la musique que nous faisions. (…) Nous parlions des livres que nous lisions, les poètes Beat. Nous parlions du théâtre Kabuki. Nous parlions d'artistes. J'étais intéressé par les Expressionnistes. Et il y avait énormément de Dada dans ce que nous faisions. (David Bowie, New York Times, juin 1998)


Aujourd’hui les portes de toutes les salles de projection sont faites d’acier. Le cinéma exclut-il la lumière ou inclut-il l’obscurité ? (Jim Morrison, Extrait du recueil Arden lointain)


Ces dernières années, j’ai peint des centaines de toiles. Je m’y mettais à chaque fois qu’il y avait quelque chose que je ne pouvais pas exprimer en musique (Brian Warner, Marilyn Manson).


Dans l'art et le rêve il faut procéder avec abandon. Dans la vie il faut procéder avec prudence et ruse (Patti Smith).


Dans l’art, particulièrement dans le cinéma, les gens s’efforcent de confirmer leur propre existence.
(Jim Morrison,
Cité par Jerry Hopkins dans la biographie Personne ne sortira d’ici vivant)


Dans l’art, rien n’est mineur par définition. Il y a le bon et le moins bon. Il en est ainsi de tous les arts.
(Pierre Perret,
Extrait de la préface de Grand Jacques)


Duchamp, Burroughs, les films expressionnistes. C'était si jouissif d'appliquer toutes ces théories d'avant-garde à la musique populaire. (David Bowie, Les Inrockuptibles, 1993)


(Évoquant une époque où il était plongé dans la magie, via le livre de Dion Fortune "Psychic Self Defense"). Je dessinais des portes pour aller dans d'autres dimensions et je suis persuadé, pour ma part, d'avoir vraiment pénétré d'autres mondes, d'être passé de l'autre côté. (David Bowie, New Musical Express, 1997)


J'ai commencé à collectionner très tôt (les œuvres d'art). J'ai quelques Le Tintoret depuis de nombreuses années. J'ai un Rubens. L'art est, sérieusement, la seule chose que j'ai jamais voulu posséder. Ca a toujours été pour moi une nourriture stable. Je m'en sers. Cela peut changer mon humeur le matin. La même œuvre peut influer de différentes façons, selon ce que je traverse. (David Bowie, New York Times, juin 1998)


J’ai débuté comme peintre. La première fois que j’ai réalisé une « sculpture lumière » je travaillais sur une peinture de grand format de couleur violette. Une seule ampoule éclairait la pièce, et comme j’allais et venais, j’ai remarqué que la peinture prenait différents aspects. Je n’arrivais pas à obtenir l’unité de couleur que je cherchais et je me suis dit : « fuck this man » ; j’ai décroché l’ampoule du plafond, et je l’ai littéralement plantée sur ma peinture. Cela m’a ouvert à l’idée même de couleur, alors que je voulais la contrôler, j’ai commencé à voir à quel point la lumière pouvait modifier une peinture : c’est la lumière qui détermine la peinture […]. Dés que j’ai commencé à travailler avec l’éclairage, j’ai utilisé de plus en plus d’ampoules, à la place de pigments. Les ampoules de couleur sont devenues ma propre palette (Alan Vega, Lyon, 2009).


J’ai toujours aimé les héros. Je ne me suis pas lancée dans l’art parce que j’avais un instinct créatif, mais parce que je tombais amoureuse d’artistes. Je ne suis pas venue dans cette ville pour devenir artiste, mais pour devenir la maîtresse d’un artiste. L’art n’a jamais été un moyen d’expression pour moi. C’était une façon de m’allier à mes héros, parce que je ne pouvais pas entrer en contact avec Dieu. (Patti Smith, 1973)


J'étais un élève malheureux. Je faisais toujours l'école buissonnière. J'étais mauvais élève et il n'y avait vraiment que l'art qui me plaisait, parce qu'on pouvait y faire ce que l'on voulait. Une fois, j'ai fait une mouche d'1,80 m en papier mâché. Ça a flanqué une de ces trouilles à tout le monde dans le bus en rentrant de l'école ! (Angus Young, AC/DC).


Je faisais plutôt de l’art abstrait mais j’aimais aussi faire des portraits de sans-abris, appelés aujourd’hui « bums » (clochards). Après l’école d’art, pour gagner de l’argent, j’ai commencé à faire des portraits sur commande. Mais cela sans jamais m’arrêter de dessiner des portraits d’inconnus - désespérés, sans domicile. Pour quelque raison que ce soit, je m’identifie à eux. (Alan Vega, 2008).


Je pense que c'est ce que fait le cinéma, la musique et l'art : ils marchent comme une carte pour catégoriser nos émotions (Bruce Springsteen).


Je suis convaincu que tout art qui se respecte (y compris les disques) doit se concevoir avec un certain dédain pour son public. Créer une oeuvre d'art de qualité est un acte presque entièrement égoïste, et tout regard extérieur (le fameux regard "objectif") ne pourrait être qu'ignorant et incapable de le juger vraiment. Ayant vu de nombreux groupes passer par là, je suis convaincu que faire des concessions à un public imaginaire (ou à de quelconques considérations "objectives") aboutit presque toujours à faire un moins bon disque (Steve Albini, Shellac).


L'art consiste à faire quelque chose de rien et ensuite le vendre (Frank Zappa).


L'art est le plus beau des mensonges (Claude Debussy).


L'art est le seul endroit où on peut s'écraser en avion et s'en sortir. (Brian Eno, 1977)


Le cinéma est le plus totalitaire des arts (Jim Morrison).


L'histoire de l'Art a comme la couleur du dollar (MC Solaar).


Méfions-nous de l'Art : il n'est souvent que de la Virtuosité (Erik Satie).


Mon art, c’est l’art de l’objet trouvé et c’est aussi de la récupération. (Alan Vega, 2009)


N'importe quel objet peut être un objet d'art pour peu qu'on l'entoure d'un cadre (Boris Vian).


Nous savons que l'Art n'a pas de Patrie, le pauvre... Sa fortune ne le lui permet pas (Erik Satie).


Quand un gosse noir ou latino peint son nom sur un mur de son quartier, c’est parce que c’est le seul moyen qu’il a de dire qu’il existe, qu’il vit là, et ce graffiti, c’est la seule gloire qu’il aura jamais, il ne sera jamais aussi célèbre que sur ce mur. Quand tu enlèves ça du mur, que tu le colles sur une toile et que tu la vends 10 000 dollars, ça n’a plus aucun sens (Madonna, 1984).


Une fois l’exposition terminée, personne n’avait rien acheté, alors j’ai déposé mes sculptures dans la rue, derrière la galerie O.K. Harris, comme des ordures. Les gens de la galerie avec qui je travaillais étaient horrifiés. Moi je leur répondais qu’elles venaient de la poubelle, qu’elles allaient y retourner de toute façon, que je les avais assemblées, qu’elles étaient devenues des oeuvres d’art, et que maintenant elles retournaient à la rue pour redevenir des ordures. Il ne s’agit pas d’un art lissé et j’apprécie le fait qu’elles soient composées à partir de déchets ou de rebuts. (Alan Vega, 2009)

 

 

 

 

 

 

 

Accueil - Citations par auteurs - Citations sur la musique - Chanson française - Forum - Livre d'Or - Contact