MENU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  
Accueil
  
Citations par auteurs
  
Citations par thèmes
  
Citations sur la musique
  
Chanson française
  
Nouveautés

  

 

 

 

 

 

 

Alan Vega


Alan Vega (né en 1948 à Brooklyn) est le chanteur du duo electro/post-punk Suicide. Le chant rockabilly d'Alan Vega semble influencé par celui d'Elvis Presley. Il a commencé comme artiste, avec une certaine notoriété acquise par ses "sculptures de lumière"; il gérait et vivait dans une sorte de galerie à Manhattan, appelée "Projet d'Artistes Vivants" (the Project of Living Artists). L'endroit était fréquenté par les New York Dolls, Television et Blondie, ainsi que l'ensemble de jazz Reverend B., au sein duquel Martin Rev jouait du piano électrique. Alan Vega et Martin Rev formèrent bientôt Suicide, dont la musique minimaliste et agressive — mélange des claviers répétitifs et inquiétants de Martin Rev et des cris et halètements rockabilly d'Alan Vega — ouvrit la voie pour les artistes de musique électronique à venir.

Biographie d'Alan Vega

Site Officiel

MySpace

 

CITATIONS

 

À la fin de Suicide, j'étais devenu un amuseur public. La mise en scène de mes spectacles n'était rien de plus que du divertissement pour des spectateurs finalement habitués à cette violence sur scène. On ne peut pas choquer et surprendre dans la durée. Dans les années 70, mes pratiques étaient jugées folles, on me prenait pour un aliéné. Et quarante ans après, personne ne s'attendait à voir ce dingue exposer dans un musée, ce qui est vraiment jubilatoire. (à propos de son expo Infinite Mercy au MAC de Lyon, 2009)


— Anti-formelles, vos oeuvres plastiques ressemblent d'une certaine façon à votre musique. Suivent-elles un même schéma d'inspiration ?
— Parfois, je suppose que mes visions sont différentes, mais c'est faux parce que je reste la même personne, j'ai les mêmes empreintes digitales. Tout au long de ma carrière, je me suis posé cette question, et je ne peux pas vraiment y répondre. Il m'est arrivé de ne pas écouter les albums de Suicide pendant cinq ou dix ans, juste pour pouvoir continuer à avancer. Ensuite je les redécouvrais et je criais : comment ai-je pu arriver à une telle sonorité ? Je me suis surpris à dire : putain, c'est vachement bien ! Et même en peinture, en sculpture, en dessin, il m'arrive de me demander si c'est bien moi qui ai fait ça. Quand je finis mon œuvre, j'en suis plus qu'estomaqué : elle ne rejoint jamais mon concept de départ. Et ce sentiment est identique en musique ou dans tout autre art, cela va où cela veut aller. Ce qui me procure un sentiment de liberté psychique et de pouvoir. C'est mon environnement qui nourrit ce travail artistique. On grandit, on fonde une famille, on élève des enfants. On pense différemment. (
à propos de son expo Infinite Mercy au MAC de Lyon, 2009)


Ce type avec sa frange blonde - qui ressemblait à Brian Jones - a déboulé sur scène et d'abord j'ai cru que c'était une nana. Il portait une salopette déchirée et des mocassins super ridicules. Il avait un look vraiment délirant - à fixer la foule en gueulant : "Je vous emmerde, je vous emmerde ! " Ca a changé ma vie parce que j'ai compris que tout ce que je faisais, c'était de la merde. (à propos d’Iggy Pop)


David Bowie n’invente plus rien, il se contente de vampiriser tout le monde et de se pointer au bon moment avec le son qu’il faut, pour ça il est fort, mais il ne découvre rien. C’est la méthode Picasso, il pompe le passé et après il nous refile sa semoule. Quand à  ses films, ils puent... (1983)


J’ai débuté comme peintre. La première fois que j’ai réalisé une « sculpture lumière » je travaillais sur une peinture de grand format de couleur violette. Une seule ampoule éclairait la pièce, et comme j’allais et venais, j’ai remarqué que la peinture prenait différents aspects. Je n’arrivais pas à obtenir l’unité de couleur que je cherchais et je me suis dit : « fuck this man » ; j’ai décroché l’ampoule du plafond, et je l’ai littéralement plantée sur ma peinture. Cela m’a ouvert à l’idée même de couleur, alors que je voulais la contrôler, j’ai commencé à voir à quel point la lumière pouvait modifier une peinture : c’est la lumière qui détermine la peinture […]. Dés que j’ai commencé à travailler avec l’éclairage, j’ai utilisé de plus en plus d’ampoules, à la place de pigments. Les ampoules de couleur sont devenues ma propre palette. (2009)


J’ai vu l’un de leurs premiers concerts (aux Ramones). Ça donnait quelque chose comme « 1-2-3-4 BRRAAAGAWGGH ! ». Un genre de rugissement. Puis l’un d’entre eux cassait une corde et ils sortaient de scène. Ils revenaient « 1-2-3-4 » et la même chose se reproduisait. On était là à se marrer. Pourtant la musique était d’une intensité incroyable. C’était ce que j’avais vu de mieux depuis les Stooges. Ça a changé ma vie.


J’aimerais peut être me tirer très loin, là-bas, pour mourir dans une orgie d’opium. En Chine. Juste me mettre à  fumer et ne plus jamais cesser de fumer. De l’opium. D’ailleurs, c’est comme ça que les vieux meurent, là-bas. Ils partent en fumée… (1982)


Je dessine exclusivement des gens, les visages m’intéressent plus que tout le reste. Je jette la plupart de mes dessins. Il faut que l’inspiration vienne de façon naturelle. Elle vient quand j’écris des chansons ou des poèmes. Il faut juste essayer de plonger au plus profond de soi-même. Pour être franc, je déteste écrire, et curieusement, je ne peux m’y mettre qu’à condition de dessiner un portrait. (1997)


Je faisais plutôt de l’art abstrait mais j’aimais aussi faire des portraits de sans-abris, appelés aujourd’hui « bums » (clochards). Après l’école d’art, pour gagner de l’argent, j’ai commencé à faire des portraits sur commande. Mais cela sans jamais m’arrêter de dessiner des portraits d’inconnus - désespérés, sans domicile. Pour quelque raison que ce soit, je m’identifie à eux. (2008)


Je n'ai jamais rien entendu qui soit de l'avant-garde. Pour moi, c'était seulement le blues de New York City. (au sujet de Suicide en 1980)


La guerre du Viêt-Nam a fauché une partie de la jeunesse américaine. Un gâchis atroce duquel il n’y a rien à  sauver. Aujourd’hui l’état du monde ne s’est pas arrangé. Parfois, ça me rend physiquement malade : guerre du Golfe, Bosnie, attentats ici et là. (1995)


La réalité c’est qu’au début de ma carrière j’étais pauvre. Un jour, j’ai même volé toutes les ampoules d’une station de métro de New York. Enfin j’en ai quand même laissé deux pour que les gens ne tombent pas dans les escaliers. (2009)


Mon art, c’est l’art de l’objet trouvé et c’est aussi de la récupération. (2009)


Nous savons tous ce qui s’est perdu un jour dans le rock’n’roll. Même si c’est indéfinissable. Ce qu’avaient Gene Vincent, Vince Taylor ou Question Mark. Ce que le punk a cherché désespérément. Pas quelque chose qu’il fallait revivre. Une manière de transcrire la réalité dont on est incapable aujourd’hui. Tous ces groupes s’agitent mais ne disent vraiment rien. (1981)


Une fois l’exposition terminée, personne n’avait rien acheté, alors j’ai déposé mes sculptures dans la rue, derrière la galerie O.K. Harris, comme des ordures. Les gens de la galerie avec qui je travaillais étaient horrifiés. Moi je leur répondais qu’elles venaient de la poubelle, qu’elles allaient y retourner de toute façon, que je les avais assemblées, qu’elles étaient devenues des oeuvres d’art, et que maintenant elles retournaient à la rue pour redevenir des ordures. Il ne s’agit pas d’un art lissé et j’apprécie le fait qu’elles soient composées à partir de déchets ou de rebuts. (2009)


Rock'n'roll is killing my life.

A PROPOS D'ALAN VEGA

Qu’il chante, qu’il compose de la musique ou qu’il fabrique des croix, d’aussi loin que je m’en souvienne et même au-delà, Alan Suicide alias Alan Vega, a toujours médité sur la crucifixion, la mort et l’extase, de toutes ses forces. (Julian Schnabel)

 

 

 

 

 

 

 

Accueil - Citations par auteurs - Citations par thèmes - Citations sur la musique - Nouveautés - Contact